LES INÉGALITÉS AU MOYEN-ORIENT S’ACCENTUENT AVEC LES EFFETS DU COVID-19

Imprimer

Les 21 milliardaires du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), tous des hommes, ont vu leur richesse augmenter de près de 10 milliards de dollars depuis le début de la pandémie de Covid-19. C’est le double du montant versé par le FMI aux pays de la région pour « les aider à surmonter » cette crise. Dans le même temps, 45 millions de personnes supplémentaires pourraient être poussées vers la pauvreté à la suite de la pandémie, selon une étude d'Oxfam publiée en aout 2020.

Avant la crise, le Moyen-Orient était déjà une des régions les plus inégalitaires du monde avec 10 % de la population contrôlant 76 % de tous les revenus.

Les effets de la pandémie se font sentir à tous les niveaux. Les envois privés de fonds par les travailleurs·euses migrant·e·s, qui représentent 5,7 % du PIB, devraient baisser de près de 20 %. 1,7 million d’emplois devraient être perdus, dont 700 000 emplois occupés par des femmes.

Sur les 16 millions de travailleurs informels estimés au Moyen-Orient, 89 % seront gravement touchés et ne bénéficieront d’aucune protection sociale.

La situation, déjà souvent très difficile, des réfugié·e·s et des travailleurs·euses migrant·e·s a encore été aggravée par les mesures des gouvernements de la région, accompagnées très souvent de discours et de pratiques racistes à leur encontre.

Les effets de la pandémie n’ont fait que renforcer la situation socio-économique catastrophique des classes populaires régionales héritée de décennies de politiques économiques néolibérales des gouvernements et régimes de la région. 

Joseph Daher

Article publié dans le journal solidaritéS

Lien permanent Catégories : Oppressions 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.