20/10/2018

ASSASSINATS DE FEMMES ET DE PERSONNES LGBTIQ EN IRAQ

L'Iraq a connu ces dernières semaines une série d'assassinats de femmes, commis par des milices fondamentalistes islamiques. Les assassinats ont visé des personnes qui ont participé aux manifestations qui secouent depuis plusieurs mois la ville de Bassora au sud de l'Iraq. Parmi les victimes, Souad al-Ali, militante féministe, Hajar al Youssef, un médecin ayant soigné des manifestant·e·s blessé·e·s, et une célèbre mannequin de 22 ans, Tara al-Fares. Deux personnes soupçonnées d'être homosexuelles ont aussi été assassinées ces dernières semaines.

Lire la suite

16:50 Publié dans fondamentalisme religieux, Iraq, LGBTIQ, Oppressions | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

21/06/2018

Après les élections : l’Irak entre espoirs et méfiances

Pour les premières élections organisées dans le pays après la défaite du groupe djihadiste de l’État Islamique à Mossoul, l’alliance électorale Sairoun, « La marche pour les réformes », composée par le clerc chiite Moqtada Sadr, le Parti Communiste Irakien (PCI) et d’autres groupes politiques, est arrivé en tête du scrutin. Comment expliquer cette victoire ? Quel est le programme et la stratégie de Sadr ? Que peut-on en attendre ? 

Lire la suite

12:58 Publié dans Daech, Etats Unis, fondamentalisme religieux, Iran, Iraq | Lien permanent | Commentaires (37) | |  Facebook | | | |

18/01/2018

Quel avenir pour les Forces démocratiques syriennes?

Sous l’égide de Moscou, une nouvelle tentative de « conférence de paix », intitulée Congrès du dialogue national syrien, est prévue à Sotchi, sur les bords de la mer Noire en Russie les 29 et 30 janvier prochains afin de réunir les différents acteurs du conflit syrien. Mais les tensions avec les forces kurdes impliquées minent la discussion.

Fin décembre, l’envoyé spécial du Président russe Alexandre Lavrentievavait pourtant déclaré que des représentants kurdes seraient invités, notamment du Conseil national kurde représentant plus d’une dizaine de partis kurde syriens et qui est soutenu par le Gouvernement régional du Kurdistan au nord de l’Irak dominé par la famille Barzani. Mais le gouvernement turc a fait pression pour que le Parti de l’Union démocratique (PYD), parti kurde syrien, ne soit pas présent. Ce dernier est considéré comme la branche syrienne du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) honni par la Turquie, listé comme organisation terroriste depuis 1984. Or, le PYD est la tête pensante des Unités de protection du peuple (YPG), formées à grande majorité par des Kurdes, force essentielle de la coalition des Forces démocratiques syriennes (FDS), moteur de la lutte contre Daech.

Lire la suite

10:48 Publié dans Etats Unis, Iran, Iraq, Oppressions, question kurde, résistance, Syrie, Turquie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |