25/04/2018

La répression continue et meurtrière dans la bande de Gaza

 À ce jour, il y a eu quatre mobilisations populaires massives dans le cadre de la série de manifestations de la Grande Marche de Retour qui a commencé le 30 mars. Chaque manifestation a été accueillie par des réponses meurtrièress de l'armée d’occupation israélienne, qui a assassiné 40 Palestiniens à Gaza depuis le 30 mars. Plus de trente personnes, dont quatre enfants et deux journaliste, ont été mortellement blessées lors des manifestations. Plus de 1 600 autres Palestiniens ont été blessés par les tirs des balles réelles, résultant en des "blessures horribles" susceptibles de laisser beaucoup d'entre eux avec des handicaps permanents selon de nombreux médecins. En même temps, aucun décès n'est survenu du côté de l'occupant israélien.


 Des vidéos montrent des Palestinien·ne·s non armés fuyant les forces d’occupation israéliennes lors des manifestations et se faisant tirer une balle dans la tête par des tireurs d’élite israéliens. Dans une interview à la radio par exemple, un brigadier-général israélien (Réserve) Zvika Fogel a confirmé que lorsque des snipers stationnés le long de la frontière israélienne avec Gaza tirent sur des enfants, ils le font délibérément, selon des ordres clairs et spécifiques.

Les journalistes palestinien·ne·s qui couvraient les manifestations ont également été visés. Au moins six journalistes ont été blessés par balles selon un communiqué du syndicat des journalistes palestiniens. Yasser Mourtaja, reporter palestinien très populaire dans la bande de Gaza, est mort le 7 avril à la suite des blessures infligées par les tirs des soldats israéliens, alors qu’il portait un casque et une veste indiquant explicitement qu’il appartenait à la presse.

Droit au retour pour les Palestinien·ne·s

Les manifestations organisées depuis le 30 mars dernier, à l’occasion de la célébration de la journée de la Terre, qui commémore le meurtre israélien de six Palestiniens en 1976 lors de manifestations de masse contre le vol de terres par l’état d’Israel, marquent la première étape des six semaines d’initiatives de la « marche du Retour ». Celles-ci dureront jusqu’au 15 mai, date anniversaire de la création de l’État d’Israël en 1948 et symbole, pour les Palestinien-e-s, de la « Nakba », la Catastrophe, au cours de laquelle 800 000 d’entre eux (sur 1,4 millions à l’époque) furent expulsés de leur terre. Ces mobilisations visent à réclamer « le droit au retour » des Palestiniens.

Aujourd’hui, le nombre de réfugié·e·s palestiniens dépasse les six millions. A elle seule, la bande de Gaza ne compte pas moins de 1,3 million de personnes (sur deux millions d’habitant·e·s) officiellement enregistrées comme réfugié·e·s. Pourtant, la résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations unies, adoptée le 11 décembre 1948 (qui n’a pas de valeur juridique contraignante), soutient le droit au retour des Palestinien·ne·s. Elle stipule «qu’il y a lieu de permettre aux réfugié·e·s qui le désirent de rentrer dans leur foyer le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisin·ne·s, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux·celles qui décident de ne pas rentrer dans leur foyer […] ».

Mais ce serait oublier le blocus inhumain et illégal, au regard du droit international, imposé par l’Etat d’Israël, avec l’assistance du régime égyptien depuis plus d’une décennie sur la bande de Gaza, transformant ce territoire en prison à ciel ouvert. L’asphyxie est totale: plus de 80 % des habitant·e·s de Gaza dépendent des aides internationales. Les hôpitaux manquent de médicaments et l’électricité n’est disponible que quelques heures par jour. L’eau est imbuvable et les évacuations des égouts sont dirigées directement dans la mer.

Un laisser-faire des puissances occidentales et autres

Un projet de déclaration du Conseil de sécurité de l’ONU, appelant «toutes les parties à la retenue et à prévenir toute escalade supplémentaire» et demandant une enquête sur les violences, a été bloqué par les Etats-Unis. De son côté, l’Union européenne refuse toujours de condamner les actions de répression sanglantes d’Israël, dont les dirigeants ont d’ores et déjà prévenu que les consignes de tir resteraient les mêmes. La répression meurtrière de ces manifestations, rassemblant de dizaines de milliers de personnes, poursuit des objectifs politiques: dissuader quiconque de participer aux prochaines initiatives du même type, à moins d’être prêt à risquer sa vie.

Face aux critiques contre la répression sanglante des forces d’occupations israéliennes, le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a déclaré "tous nos soldats méritent une médaille ». Des vidéos montrent clairement lors des manifestations que des Palestiniens non armés fuient les forces d’occupations israéliennes et se font tirer une balle dans la tête par des tireurs d'élite israéliens.

Il faut être clair: il ne s’agit pas de «confrontations» ou d’«affrontements»comme le présentent les médias dominants et les gouvernements occidentaux. Nous avons affaire aux crimes délibérés d’une force occupante, coloniale et raciste contre des manifestant·e·s non armés.

Le Hamas entre accusations et récupérations

Israël cherche à accuser le Hamas d’être l’instigateur des manifestations et d’utiliser celles-ci pour cacher ses «activités terroristes». De son côté, le Hamas tente de récupérer politiquement ces mobilisations initiées d'abord par des activistes indépendants et majorité de gauche, alors qu’il était en perte de vitesse et isolé au niveau interne et externe.

La position du Hamas à Gaza est devenue à bien des égards intenable. Soumis au blocus d’Israël et de l’Egypte d’une part et aux sanctions économiques imposées par l’Autorité palestinienne sur Gaza, en plus des coupures d’électricté imposées par cette dernière, d’autre part, le mouvement fondamentaliste islamique est sous la pression de plusieurs pays arabes, dont l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, qui voient en lui une ramification des Frères musulmans, une organisation considérée comme terroriste par ces régimes.

Le Hamas a en même temps renforcé ses relations avec l'Iran et la Turquie. Les responsables du Hamas ont fait l'éloge des dirigeants et des gouvernements de ces pays ...

70 ans de crimes contre le peuple palestinien

Les attaques et les raids nocturnes contre les Palestinien·ne·s en Cisjordanie occupée ont doublé au cours des deux premiers mois de 2018. Des villages palestiniens entiers dans le nord d’Israël sont menacés de démolition et certains d’être remplacés par des colonies.

L’un des principaux déclencheurs de l’augmentation des agressions cette année est la décision du président américain Trump de déplacer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Cette décision et plus généralement le soutien de Trump à Israël ont encouragé le gouvernement israélien à accélérer les projets d’extension de la colonisation en Cisjordanie et à poursuivre l’effacement de l’identité palestinienne. Sans compter la pression saoudienne sur l’Autorité palestinienne pour accepter les conditions israéliennes et un accord politique en faveur de Tel-Aviv.

Plus généralement, comme je l’ai déjà mentionné auparavant, les régimes autoritaires de la région sont également coupables de la situation des Palestiniens. Les classes dirigeantes des régimes de la région ne s'intéressent pas aux conditions des Palestiniens ni à aucune perspective de libération de ces derniers, mais en même temps ils utilisent les Palestiniens pour remplir leurs propres intérêts politiques internes et étrangers. Par exemple, en Syrie, le régime d'Assad bombarde de nouveau massivement des localités habitées à majorité par des populations palestinienne, le camp de réfugiés palestinien de Yarmouk et la zone d'al-Hajar al-Aswad, partie d'une petite enclave divisée entre combattants jihadistes et autres groupes armés d'opposition au sud de la capitale Damas, malgré la présence de civils restants dans ces zones.

Le chemin de la libération du peuple Palestinien est liée à la libération des peuples de la région.

L’Etat d’apartheid, colonial et raciste d’Israël doit être sanctionné pour ses crimes continus depuis bientôt 70 ans contre les populations palestiniennes. Nous devons continuer à soutenir la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) tant que l’Etat d’Israël ne respectera pas le droit international et les droits des Palestinien·ne·s, et exiger l’arrêt des collaborations politiques et militaires de la Suisse avec l’Etat criminel d’Israël.

Joe Daher

18:37 Publié dans Etats Unis, Palestine, résistance | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En quoi Israël "occupe" Gaza ?

A force de répéter des mensonges, "ils deviennent vrais" (goebbels)

Concernant le BDS, depuis qu'il a été initié, Israël a doublé ses exportations, continuez !

Écrit par : Corto | 28/04/2018

Jamais les militants pro-hamas, (je ne vous accuse nullement d'en être, mais), parle de la "frontière" égyptienne lorsqu'ils parlent de l'enclavement de Gaza, étrange, encore aujourd'hui, tous les gazaouis âgés de plus 40 sont égyptiens, et si l'on prend en compte que si les 2 parents sont égyptiens, les enfants de ces derniers, sont également égyptiens, selon le droit égyptien !

Alors pourquoi les habitants égyptiens de Gaza sont-ils coupés du reste du pays par une frontière égypto-égyptienne ?

Autre question, pourquoi lors des discutions de Camp-David, Sadat voulait en contre-partie du plan de paix qu'Israël rende le Sinaï et refusait que l'Egypte reprenne Gaza ?

Écrit par : Corto | 28/04/2018

"Alors pourquoi les habitants égyptiens de Gaza sont-ils coupés du reste du pays par une frontière égypto-égyptienne ?"

Excellente question, Corto. Délicieuse.

C'est un cadeau de paix des égyptiens à Israël. Leur contribution à l'Alya !

Kâââdôôô !

Comme l'Ethiopie a fait cadeau des pauvres falashas, l'Algérie a fait cadeau des pauvres pieds-noirs, bref ... je ne vais rien vous apprendre quand même !

C'est normal de rendre la monnaie au généreux payeur. Après tout Israël a bien fait cadeau de plus de 3 millions de pauvres syriens aux turcs et 1 million de syriens aux allemands.


"Autre question, pourquoi lors des discutions de Camp-David, Sadat voulait en contre-partie du plan de paix qu'Israël rende le Sinaï et refusait que l'Egypte reprenne Gaza ?"

Ah ! Une autre excellente question ! Vraiment excellente ! J'aime ce genre de question ! LIKE !

Camp David ? LE camp David ? LE David d'Israël ? Ahhhhh ha ha ha ha !

Mais je m'égare.

Donc, Gaza, ... voyons ... Sadate voulait pas avoir avoir à déclarer la loi martiale comme Hussein a dû le faire en septembre 1970, ce fameux septembre noir, qui a mis Hussein dans une merde noire parce que des membres de sa famille ont reçu des deniers de Judas de Kissinger ...

(celui qu'a dit « Les militaires sont seulement des animaux stupides et muets à utiliser comme des pions dans la politique étrangère.») ...

... et qu'il a dû accepter que des avions Israëliens défendent les militaires jordaniens en faisant des attaques aériennes contre les syriens.

Avouez, quand même, c'est un peu vexant pour un arabe de Jordanie, d'être défendu par des avions israëliens, non ?

Ben oui. Question de fierté.

Ben oui. Sadate il était pilote militaire.

Ben oui. On ne devient pas pilote militaire sans fierté.

Mais je vous apprends rien. Vous le savez déjà.

Alors, c'est juste pour faire causer ?

J'aime bien causer du bon vieux temps avec vous Corto.

Écrit par : Chuck Jones | 28/04/2018

Encore une page à signaler!

Écrit par : Patoucha | 28/04/2018

C'est un peu à côté comme réponse, si réponse il y a ?

Je répète, pourquoi les gazaouis ne parlent pas de retour en s'adressant à l'Egypte ?

Écrit par : Corto | 28/04/2018

Dès que certaines questions sont posées, un silence assourdissant envahi les blogs "engagés" !

C'est toujours la même chose !!

Alors je m'adresse à M. Daher :

Qu'est-ce que vous répondez sur ce point précis : Les gazaouis sont ils égyptiens et que ce passe t-il avec la "frontière" entre l'Egypte et l'Egypte coté Gaza ?

Écrit par : Corto | 30/04/2018

"Je répète, pourquoi les gazaouis ne parlent pas de retour en s'adressant à l'Egypte ?"


Ah ! Y'a de la friture sur la ligne.

Pourquoi parler de retour Corto ?

Ils sont déjà de retour, chez eux, en Palestine occupée.


"Les gazaouis sont ils égyptiens et que ce passe t-il avec la "frontière" entre l'Egypte et l'Egypte coté Gaza ?"

Mais Corto, ça n'a aucune importance qu'ils soient égyptiens ou apatrides. Puisque après le triomphe politique d'Israël (Mission Accomplished!), et depuis la découverte du Léviathan ils sont dans les eaux territoriales que Israël a déclaré lui appartenir ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Leviathan_(champ_gazier)

... ils sont d'abord israëliens. Comme les mineurs de Sowetho sont sud-africains après que le Sud-Africain-Rhodésien Cecil Rhodes a déclaré que l'or et les diaments étaient à lui.

http://www.miningartifacts.org/DeBeers_Diamond_Mine_-_Kimberley_S._Africa.jpg

De Beers, créé par Cecil Rhodes, financé par ... "Alfred Beit and the London-based N M Rothschild & Sons bank.", et pour qui la race anglo-saxonne était la "première race du monde".

J'invente rien ! grâce à Facebook, voyez-vous-même !

https://fr-fr.facebook.com/keminfos/posts/554049968075485

LA FÉROCITÉ BLANCHE

Chapitre 4

CECIL RHODES - JOHN VORSTER

De retour en Afrique du Sud, à 28 ans et à peine diplômé, il se fait élire en 1881 comme député de Barkly-West à l'assemblée législative du Cap avec l'appui des nationalistes Afrikaners de l'Afrikaner Bond, le parti de Jan Hofmeyr.

Dès son élection, il envisage l'annexion de tous les territoires des populations noires pour lui permettre de relier l'ensemble des possessions africaines de l'Empire britannique et de créer une liaison ferroviaire allant du Caire (en Egypte) au Cap (en Afrique du Sud).
À partir de 1885, toutes les mines de diamants de la région de Kimberley lui appartiennent à quelques exceptions près.

● En mars 1888, après avoir triomphé politiquement, Rhodes forme l'entreprise De Beers Consolidated Mines et contrôlent 90 % de la production mondiale de diamants. Il investit également dans la Niger Oil Company et fonde Rhodes Fruit Farms dans le district viticole de Stellenbosch où il achète plusieurs domaines viticoles.
Cette ambition résulte de l'influence à Oxford des cours de John Ruskin qu'il suivait assidûment et renforçait sa foi à la cause de l'Empire britannique. Ses études à Oxford lui ouvrit les portes de la franc-maçonnerie ainsi que celles de la haute société britannique. Elles lui permettaient ainsi de rencontrer des gens influents dont la reine d'Angleterre.

Décidé à mettre en pratique ses aspirations impérialistes en Afrique, en 1877, dans sa confession de foi, rédigé à Oxford, Cecil Rhodes écrit :

---« Nous savons que la taille du monde que nous connaissons est beaucoup plus étendue dans sa totalité. L'Afrique s'est toujours allongée pour nous, il est donc de notre devoir de la prendre. Il est de notre devoir de saisir chaque opportunité, d'acquérir un plus grand territoire et de garder à l'esprit que plus la race anglo-saxonne possèdera de territoire, plus le monde sera meilleur... »

----

Donc, vous voyez Corto, grâce à la colonisation israëlienne de la Palestine, et grâce à son rayonnement culturel mondial tant vanté par Patoucha, Israël est devenu un empire et le monde est bien meilleur comme ça, maintenant que Gaza est israëlien, et que les gazaouis sont vraiment, enfin ... un problème 100% israëlien.

Écrit par : Chuck Jones | 30/04/2018

Chuck, d'accord, allez dire aux membres du hamas qu'ils sont israéliens !

Chuck, vous voudriez faire de l'histoire, mais sachez que le terme "palestinien" était utilisé par les arabes eux-mêmes pour désigner les israéliens jusqu'en 1969 !

Ensuite que le terme "palestinien" vient de l'hébreu à 200% !

Qu'en hébreu, il signifie "envahisseur", il doit y avoir une erreur quelque part !

Écrit par : Corto | 30/04/2018

Concernant Gaza, le problème est plutôt du coté d'une population prise en otage par une bande de profiteurs ne cherchant qu'à piller les mannes de l'onu, rien de plus !

Écrit par : Corto | 30/04/2018

"Chuck, d'accord, allez dire aux membres du hamas qu'ils sont israéliens !"


Corto, vous allez bien rigoler. C'est Israël qui les a créés, dixit Avner Cohen.

https://theintercept.com/2018/02/19/hamas-israel-palestine-conflict/


Ils sont israëliens.

Écrit par : Chuck Jones | 30/04/2018

"Concernant Gaza, le problème est plutôt du coté d'une population prise en otage par une bande de profiteurs ne cherchant qu'à piller les mannes de l'onu, rien de plus !"


Tout à fait!

Des pétro-dollars qui ne vont pas dans les caisses d'Israël. C'est pour ça que ça couine à Tel-Aviv ?


Versement US 2017 à l'ONU ... $554 millions

https://onu.delegfrance.org/Le-financement-de-l-ONU-8604


Versement US 2017 à Israël ... $3.1 milliards + $500 millions

https://www.jpost.com/Israel-News/Politics-And-Diplomacy/US-increases-military-aid-to-Israel-in-the-wake-of-Trumps-visit-493865

Écrit par : Chuck Jones | 30/04/2018

Allez voir exactement ce qu'il se passe dans les budgets de l'onu, ne vous contentez pas des annonces, mais il est clair que les USA vont changer de politique avec l'onu, ça, c'est clair ! Trump a déclaré que les récentes guerres au Moyen-Orient ont coûté plus de 7'000 milliards aux contributeurs américains, cela également pendant la gouvernance Obama, alors que penser ?

Concernant les sornettes attestant qu'Israël aurait créer le "hamas", qu'est-ce que ça change, les alliances entre certaines branches des "frères musulmans" et l'Iran ne date pas d'hier, pour ça, il faut remonter dans les années 30-40 et particulièrement dans la période où le 3ème Reich était allié de la Perse devenue "Iran" (signifiant aryen en perse) sur ordres de Goebbels, le même Goebbels qui ordonna Amin al Husseini à la tête des brigades waffen ss handschar, Amin al Husseini qui initia un jeune égyptien connu sous le nom d'Arafat, dans ce contexte, Israël avait sans doute intérêt de voir se développer des oppositions vis-à-vis du Fatah, Chuck, seriez-vous contre le fait que diverses tendances (multipartisme) soient représentées au sein des politiques arabes de la région ?

Israël est culturellement très diversifié politiquement, vous voudriez qu'il n'y ait que des partis uniques à la tête des structures étatiques arabes, comme par exemple, le parti Baas syrien qui n'autorise aucune concurrence sur le plan politique depuis 1970 !

Les arabes israéliens votent massivement pour Netanyahu et la droite conservative, ce n'est pas un secret, c'est d'ailleurs l'exemple israélien de multipartisme qui dérange le plus ses voisins et pas seulement !

Il y a malheureusement une culture du parti unique dans la très grande majorité des pays arabes, les exceptions sont rares voir quasi inexistantes, ce qui est à l'opposé de la pluralité israélienne, pays débordant de partis et de tendances politiques, alors, vouloir tenir grief à Israël d'avoir soutenu des formes d'oppositions au "parti unique" propre aux "démocraties" arabes est un non-sens !

Autre constat, le hamas a été le seul exemple (sauf erreur) d'un système de scrutin arabe à avoir par le biais d'élections sereines, à supplanté un parti installé au pouvoir depuis la décolonisation occidentale.

Écrit par : Corto | 02/05/2018

Le prétexte faussement avancé par certains courants islamistes comme quoi Israël serait une violation des terres de l'islam est un mythe (un de plus), Israël est même demandé par le prophète Mahomet. (Il suffit de lire la Sourate n° 5 - verset 20/26 (La Table) pour se rendre compte de cette vérité. Le message d’Allah est clair et net, dans le Coran, les dits Palestiniens, les Chrétiens, ainsi que les Arabes en général n’ont aucune légitimité sur la Terre d’Israël.)

Non, il ne s'agit pas d'un dicta religieux, au contraire, mais plutôt de l'exemple de multipartisme qu'Israël induit au sein de l'espace géographique du Moyen-Orient.

En 1948 Israël était un sanctuaire de la gauche, Israël était soutenu par l'Union-Soviétique jusqu'en 1953, il l'est resté, même si aujourd'hui des israéliens de gauche votent pour le Likoud, Israël est un exemple, non pas uniquement socialiste, mais communiste !

Si le parti travailliste israélien Hatnuah" anciennement "Mapai" et "Akhdut HaAvoda" et "Meretz" s'allait au parti "Hadash", ils seraient le premier parti israélien avec 42 sièges à la Knesset contre 30 coté Likoud, sans parler des autres partis conservateurs et "religieux" sur un total de 133 sièges.

On peut aisément affirmé qu'Israël reste un bastion de la gauche, même si ils ne représentent plus que 31% des sièges dans le gouvernement !

Trouvé l'exemple d'un pays "occidental" qui a conservé 31% sièges à gauche en 2018 !

Comme je l'ai dit plus haut, sans les votes des populations "arabes" israéliennes, il n'est pas du tout certain que le Likoud aurait remporté les récentes élections !
Beaucoup de commentateurs s'en prennent au Likoud et à Netanyahu en le traitant d'extrémiste et d'ultra conservateur, même si ça reste dans le domaine de fantasme, imaginez que d'autres partis conservateurs et "religieux" remportent des prochaines élections en Israël, je parle cette fois, des vrais "ultras", et vous verrez que le Likoud est un compromis, un peu comme la Suisse avec sa "formule magique" !

Donc, pour en revenir au contexte régional, c'est cet exemple de pluralité qui dérange, en aucun cas, les extrémistes musulmans ne trouveront de justification religieuse dans leur rejet d'Israël en tant que nation dans la région, mais c'est uniquement cette exemple de pluralité politique qui "traumatise" les dirigeants des pays arabes, ces dirigeants qui autorisent les pseudos extrémisme musulmans d'exister, à une seule condition : Qu'ils ne parlent que du cas israélien et qu'ils ne s'en prennent qu'à Israël !

Seulement voilà, lorsque l'on ouvre la boîte de pandore !!!

Écrit par : Corto | 03/05/2018

Enormément d'allégations terriblement répétitives et accusatrices, mais personne pour tenir le débat, c'est toujours pareil avec les propagandes, des accusations jetées en l'air et le vide dès qu'un contradicteur soulève des questions !

Le constat est qu'une partie du monde arabe est confronté à des crises graves alors qu'Israël est un pays prospère, dynamique et démocratique, réellement démocratique, que ce soit au niveau de la presse, de l'expression et de la pluralité politique !

Écrit par : Corto | 04/05/2018

Corto nous raconte des bobards qu Israel est un pays totalement démocratique!
et merveilleux!

- Savez vous quel traitement (anti-démocratique) est réservé à l opposition en Israel surtout aux nombreux camps de la Paix et aux progressistes de gauche comme une opposition légitime et démocratique au Régime d extrême droite de Netanyahu? L Opposition et les Camps de la paix reçoivent des menaces de finir comme Itzahk Rabin! Comme quoi!

- Démocratique Israel? De qui ça vient est louche. Corto est un mec/nana mythomane qui n a plus aucun repère.

- Le traitement sioniste infligé aux palestiniens est contre les Droits de l Humain et ceci depuis 70 ans à ce jour. A ce jour se trouver un Vendredi du côté de Gaza est un acte palestinien de se faire tuer par Tsahal, l armée la plus morale du monde selon le salaud BHL! Juste pour dire!

-l Annexion des territoires occupés est elle un acte démocratique, blague à part!

-La détention de 3 à 300 ogives nucléaires, non avoués, par Israel est-il un acte démocrate quand le régime sioniste et d extrême droite quasi nazie veut raser l Iran car peut être elle avait eu ou qu elle aurait sous peu obtenir une seule arme nucléaire militaire. Qui pense(sauf Crotto) que les Mollahs sont bien plus dangereux que Netanyahu, moi certainement pas et je ne suis nullement pas le seul!

Écrit par : Charles 05 | 06/05/2018

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=wzc9CJJXD4E

Écrit par : Corto | 06/05/2018

"Iran" signifie "aryen" en perse, et cela sous l'ordre expresse d'hitler depuis 1943, avant "l'Iran" s'appelait Perse !

Concernant l'allégation de Charles, le "guide" suprême de la "révolution" (ayant précipité la Perse 1'400 ans dans le passé) et les présidents successifs du gouvernement des mollahs ont déclarés officiellement à plus de 57 occasions qu'ils voulaient anéantir l'état d'Israël, le rayé de la carte etc.

Israël n'a jamais officiellement fait d'annonce de détruire la Perse !

Le hamas, parti sunnite pro-iranien a édité plusieurs millions de "mein kampf" en arabe, cela grâce aux imprimeries mises à disposition par l'UNRWA. Egalement d'autres brûlons comme "les sages de Sion" ont également été publiés par ces mêmes imprimeries.

"l'Iran" est le pays qui exécute le plus de condamnations à mort dans le monde après la Chine, avec 567 exécutions en 2017 dans un pays d'une population de 82 millions d'habitants alors que la Chine a exécuté environ 1'000 condamnés en 2017 pour une population de 1'370 millions d'habitants. Le ratio Iran/Chine est de 17, cela veut dire que comparativement, l'Iran exécute 17 fois plus que la Chine !

Sans parler des disparitions d'opposants politiques qui se chiffrent en dizaines de milliers selon certaines sources et notamment, lors des campagnes de répressions ayant suivit les 2 principales révoltes populaires de 2009 et de 2018.

Concernant le nucléaire, puisque mon avis n'est pas pris en compte, les tendances les plus conservatrices en Israël, sont en faveur d'un "Iran" nucléaire et que si Israël était dirigé par les mêmes mollahs que ceux en fonction en "Iran", je ne suis pas certain qu'il ne reste encore grand chose de vivant dans l'ensemble de la région.

Deuxièmement, Israël n'a jamais ratifié de convention la limitant en matière d'armement nucléaire !

Écrit par : Corto | 06/05/2018

@Corto,
Votre texte est très décousu et ne tient pas la route.

Écrit par : Charles 05 | 07/05/2018

Vos écrits @Corto, sont décousus. Je vous ai déjà répondu ( texte en attente à la douane :) )

Puisque vos écrits sont abusés, ils sont déjà bien usés, démolis, décousus et froissés que même pas un fer à repasser ne les rend pas ni lisible ni crédible. Il ne vous reste plus (soit à vous soit à l Editeur du blog) qu une seule chose à faire: les jeter et c est moins déshonorable que de les lire.

Écrit par : Charles 05 | 07/05/2018

Les forces aériennes syriennes frappent délibérément les civils Palestiniens dans le sud de Damas.

Les humanistes sont maintenant mis à l’épreuve. Les forces aériennes syriennes frappent délibérément les civils Palestiniens. Ils ont tués plus de 275 personnes du sud de Damas en 18 jours. L’armée syrienne a mené une vaste offensive contre les populations arabes sunnites à Hajar al-Aswad et à Yarmouk dans le sud de Damas.L’heure n’est pas encore au bilan qui sera sans aucun doute désastreux.

L’armée syrienne, épaulée par l’aviation et l’unité balistique a intensifié ses opérations militaires contre les arabes palestiniens à Hajar al-Aswad et à l’intérieur du secteur du camp de Yarmouk, dans le sud de Damas pour démanteler les derniers sites des rebelles sunnites. Pour la seule journée du 6 mai 2018, on enregistre 27 victimes palestiniennes entre des morts et des disparus selon les sources arabes.

Les forces syriennes ont utilisé des équipements lourds contre les palestiniens, tuant délibérément des civils dans des bombardements. Contrairement aux israéliens qui préviennent les civils avant les raids, les forces syriennes frappent délibérément les civils Palestiniens dans le sud de Damas.

Assad a lancé une attaque contre le camp des palestiniens de Yarmouk, au sud de la capitale Damas. Des avions syriens ont lancé plus de 200 raids sur le camp Yarmouk au sud de Damas. Des dizaines de morts parmi les femmes et les enfants palestiniens. Le camp de Yarmouk est un quartier de 2,11 km2 de la ville de Damas, en Syrie, peuplé de Palestiniens, et baptisé camp de réfugiés.

L’UNRWA met en garde contre les répercussions de l’escalade des combats dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk en Syrie.

Au moyen d’appels téléphoniques enregistrés, de SMS et de tracts, Tsahal est la seule armée qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour minimiser les pertes civiles.Israel laisse aussi du temps aux habitants pour évacuer.

Compte tenu de l’absence d’abris anti-bombes dans le sud de Damas, les civils ont souvent peu de possibilités de fuir. Les israéliens avant de viser des sites terroristes, ils tirent aussi des bombes non-létales au-dessus des immeubles « Roof knocking » pour permettre aux habitants de quitter la zone avant que l’armée frappe le site avec des bombes réelles cette fois.

Mais les soldats sauvages de Damas ne connaissent pas les techniques d’avertissement couramment utilisées par Tsahal.

Par ailleurs, les forces gouvernementales ont fait état de la découverte d’un réseau de tunnels appartenant aux terroristes dans le sud de la province de Damas.

Des frappes aériennes et des tirs d’obus de l’armée syrienne prennent pour cible la ville Yarmouk au sud de Damas, tenue par les palestiniens.

Syrie : l’étau se resserre autour des Palestiniens au sud de Damas

L’armée syrienne avance dans les batailles contre les palestiniens dans le sud de Damas. L’armée syrienne continue d’avancer à partir de plusieurs axes pour élargir la zone qu’elle contrôle aux alentours de la ville d’al-Hajar al-Aswad, au sud de la capitale. Cette opération élargie est décidé pour anéantir les capacités militaires des rebelles sunnites.

Combien y-a-t-il eu de morts palestiniens ?

Les militaires syriens et leurs alliés ont tués plus de 275 personnes du sud de Damas en 18 jours alors que les heurts ont atteint leur paroxysme. Pour l’instant, les combats se sont étendus au siège principal de Daech à al-Hajar al-Aswad. En outre, ils se sont exacerbés dans le camp de Yarmouk palestinien et le quartier d’al-Tazamon.

Comme lors des précédents conflits ici, les plus jeunes font partie des premières victimes. Damas réfute avoir délibérément visé les enfants dans ses bombardements.

Malgré l’ultimatum de l’armée sur l’évacuation de la banlieue sud de Damas, les éléments palestiniens de Daech ont refusé de quitter la zone. Certaines sources d’information ont quand même dévoilé les différends au sein du groupe terroriste, entre les membres au sud de Damas et leurs commandants, à l’est de la ville. En effet, ces derniers n’ont pas permis à leurs subalternes de quitter le Rif méridional.

Selon certains rapports, les forces gouvernementales ont pris pour cible les terroristes palestiniens à partir de différents fronts dans le sud de Damas. La télévision d’État Al-Ikhbariya a diffusé une épaisse fumée grise provenant d’al-Hajar al-Aswad, et des avions de combat du gouvernement ont procédé à des bombardements massifs des positions et des tranchées des éléments de Daech.

Si le combat a traîné en longueur dans le Sud, c’est que les terroristes connaissent bien la géographie de la région. Maintenant, les forces fidèles au gouvernement Assad cherchent à percer les premières lignes de défense du groupe terroriste pour accéder dans un délai plus court au cœur de la localité d’al-Hajar al-Aswad.

Dans le cas où l’armée parviendrait à prendre le contrôle de cette ville, cela favoriserait la libération complète du Rif méridional. Le plan militaire qu’a élaboré l’armée syrienne pour le sud de Damas est pareil à celui qu’elle avait mis en œuvre à Khan Cheikhoun, dans la banlieue sud-ouest de Damas.

Le sud de Hajar al-Aswad a été totalement occupé par lea forces du régime

Les opérations menées par l’armée syrienne ont conduit à la reprise d’une partie de la ville de Hajar al-Aswad. Les forces syriennes procèdent à présent à des opérations en vue de occuper tout le sud de Damas.

En reprenant le contrôle du sud de la ville de Hajar al-Aswad, les forces de l’armée syrienne ont réalisé une nouvelle avancée qui s’annonce prometteuse en vue de chasser les arabes sunnites de toute la banlieue sud de Damas. Au cours de la reprise de la zone en question, de lourds dégâts ont été infligés aux rebelles sunnites.

À présent, les unités d’ingénierie de l’armée syrienne patrouillent dans les zones occupées et tâchent d’y rétablir la sécurité et de les nettoyer de la présence éventuelle d’éléments sunnites.

Les forces syriennes vont désormais concentrer leurs opérations sur le nord de Hajar al-Aswad, près du camp palestinien de Yarmouk. À cette fin, de lourds affrontements opposent d’ores et déjà l’armée syrienne aux terroristes palestiniens sur plusieurs axes.

Les combats des forces terrestres avec les rebelles sunnites ont coïncidé avec des frappes aériennes et des tirs d’artillerie contre les voies d’approvisionnement et de communication des terroristes palestiniens.

Dans le but de reprendre le sud de Damas aux sunnites, les unités de l’armée syrienne ont mené des opérations qui ont conduit à la reprise des quartiers de Maziniya, al-Qadam, al-Asali et al-Joura. Les rebelles ayant refusé de négocier ont été transférés vers le nord de la Syrie.

Alors que la guerre dans la banlieue de la capitale Damas atteint son paroxysme, des terroristes ont néanmoins attaqué la localité « 3000 Choka » à Alep. Lors de cette attaque, une femme et 5 enfants ont été tués.

Écrit par : Corto | 08/05/2018

Charles, vos propos sont un peu trop allusifs à mon goût !

Mais je vous informe sur un seul point, Poutine et ses états-majors, détestent plus que tous, le monde arabe !

Écrit par : Corto | 08/05/2018

En tout état de cause, les Arabes adorent les Colons Juifs, Netanyahu et Corto , entre autres, autant que ces derniers les adorent.

Écrit par : Charles 05 | 08/05/2018

Donald Trump a sans aucun doute déjà décidé en ce qui concerne l'accord sur le nucléaire iranien, pendant que de son coté, l'Iran s'est engagée dans de multiples conflits et pas seulement l'Irak, la Syrie et le Yémen, il y a aussi les conflits internes, ne jamais oublier que les perses ne sont pas majoritaires du point de vue ethnique dans leur pays.

Dans le cas où les USA se retirent de cet accord et que l'Iran s'est engagée sur de multiples théâtres opérationnels, comment l'Iran pourra maintenir ses forces en présences ?

Immédiatement après les signatures sur l'accord sur le nucléaire, l'Iran a fait pour plus de 100 milliards de dollars de commandes d'armements à la Russie, il faut savoir que la Russie ne vent ses armements que consécutivement aux payements à l'avance, cela spécialement dans le cadre actuel, la Russie est très gourmande en devises américaines.

La question qui se pose est : Comment l'Iran, dans le cas d'un rejet américain pourrait conserver ses positions sur l'ensemble des engagements qu'elle a prit ces 2 ou 3 dernières années ?

Alors que son économie intérieure est affaiblie, comment l'Iran pourra financer ces conflits qui s'avèrent de plus en plus coûteux ?

Et du coup, vers qui le régime d'El Assad va-t'il devoir se retourner en cas d'abandon iranien ?

Écrit par : Corto | 08/05/2018

Pensez vous que Netanyahu et ses barbus de colons et de l extrême droite nazie sont moins dangereux et moins criminels que les Mollahs? Pas sûr!

Écrit par : Charles 05 | 08/05/2018

Il n'y a pas eu 547 exécutions à mort en Israël durant 2017,ni des milliers de civils qui disparaissent et cerise sur la gâteau, Israël vient de bombarder des positions au sud de la capitale Damas responsables de tueries de "palestiniens" dans la zone de Yarmouk et de Hajar al-Aswad, Israël au secours ds populations sunnites et "palestiniennes" en Syrie, une estimation fait état de plus de 20'000 "palestiniens" en Syrie depuis 2011 !

Ce n'est pas tout, parlons de ces médias qui avaient déjà annoncés le terrible bilan de 350'000 victimes en 2015, puis qui annonçaient 650'000 victimes en octobre 2017, puis suite à des accords entre rédactions reviennent "miraculeusement" à 350'000, RTS en tête ?

Selon d'autres estimations, ce sont 850'000 morts qui sont à prendre en compte depuis le début des massacres ordonnés par les différents responsables de cette horreur qui ne semble pas le moins du monde déranger des personnes comme "Charles" qui se délecte d'insulter à chaque commentaire les populations ou le gouvernement israélien de "nazis", il oublie que lorsque l'ont assiste à des gazages de populations comme c'est le cas en Syrie et très probablement venant de la part du régimes et ses proxy on est en droit de se demander de qui l'on parle lorsque on utilise le terme de "nazis" !

CE qui est par contre plus que certain, dans ce cas, "Charles" oublierait de qualifier les "palestiniens" et les arabes israéliens également de "nazis", car ils sont massivement en faveur d'Israël dans les opérations que Tsahal est supposée faire actuellement contre le régime syrien, excepté bien sûr les membres du hamas, qui lui, soutenu massivement par l'Iran ne peut reconnaître officiellement que ses alliés ont tués plus de "palestiniens" que quiconque dans l'extermination des populations syriennes, certainement supérieure à 650'000 victimes comme les médias l'affirmaient il n'y a pas 6 mois !

Concernant l'appellation de "colons" concernant les habitants de Cisjordanie, de "Palestine" ou plutôt géographiquement parlant, de Judée-Samarie, puisque qu'Israël s'est totalement retirés de Gaza, il semblerait normale pour certain que 2 millions de musulmans vivent en Israël sans qu'aucune contre-partie de juifs puissent vivre en Judée-Samarie, faisant de cette région, une zone interdite aux juifs, il faudrait quand même rappeler que des juifs vivaient en Judée-Samarie avant la création de l'état d'Israël, il est même établi, par exemple qu'en 1850, il y avait plus de juifs que de musulmans ou de chrétiens en Judée-Samarie ainsi que dans le reste de l'actuel Israël, sans parler du millions de juifs qui ont dû fuir les pays arabes et musulmans notamment après la guerre de 1967, guerre initiée est déclarée par plusieurs pays arabes !

Que l'Egypte, la Syrie ainsi que d'autre nations arabes ont accueillis et accordés des passeports à quantités de nazis ayant fuis l'Europe après 44 !

Que les imprimeries financées par l'onu/unrwa à Gaza n'ont cessées d'imprimer des exemplaires de "mein-kampf" en langue arabe et en perse, ainsi que d'autres brûlons que "Charles" doit certainement qualifier selon ses allégations "d'anti-nazi", certains n'ont cessés durant des décennies d'inverser les rôles et je rappelle qu'il n'y a pas 30 ans, il n'y avait pas la moindre trace de frontière entre Gaza et Israël, que des dizaines de milliers de gazaouis, ils étaient 430'000 dans le début des années 80 et vivaient très bien, travaillaient et étaient prospères, leur niveau de vie était 2 à 3 fois supérieurs que leurs co-nationaux vivant de l'autre coté de la frontière égyptienne du Sinaï !

Il faudra également m'expliqué comment une population supposée être si mal traitée passe de 430'000 début années 80 à presque 2 millions en 2018 ?

Écrit par : Corto | 09/05/2018

Les commentaires sont fermés.