08/12/2017

La question de la libération du peuple palestinien

Le président états-unien, Donald Trump, a annoncé le 6 décembre qu’il reconnaissait Jérusalem comme capitale officielle d’Israël, «une annonce qui aurait dû être faite depuis longtemps», tout en mentionnant la «solution à deux Etats» comme issue possible. Dans la foulée, le Président a demandé le déménagement de l’ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, sans préciser de date - le processus devrait prendre plusieurs années. Trump avait fait de cette décision une promesse emblématique de sa campagne lors de l'élection présidentielle de 2016. Le vice-président Mike Pence et David Friedman, l'ambassadeur en Israël nommé par Trump, auraient poussé à la fois pour la reconnaissance et la relocalisation de l'ambassade.


Israël a occupé Jérusalem-Est à la fin de la guerre de 1967 avec la Syrie, l'Egypte et la Jordanie, tandis que la partie occidentale de la ville sainte avait été capturée dans la guerre israélo-arabe de 1948.

Cette mesure officielle a suscité la colère des Palestiniens et une vague de réprobation au Proche-Orient et bien au-delà. Les alliés occidentaux de Washington, y compris la France et la Grande-Bretagne, ont critiqué la décision de Trump.

Par cette reconnaissance, le président états-unien Trump renforce et réaffirme son alliance forte avec l’état d’Israel au niveau international et régional, tout en consolidant les soutiens internes de Trump. C'est une décision populaire auprès de nombreux chrétiens évangéliques dans sa base populaire et des plus conservateurs des membres du parti républicain. Beaucoup d'entre eux soutiennent la reconnaissance politique de la revendication israélienne de la ville.

La reconnaissance de Trump de Jerusalem comme capitale d’Israel légitime et encourage Israel à poursuivre ses politiques d’occupations, de colonisations et racistes contre les palestiniens. D’ailleurs ée ministre israélien du logement, Yoav Gallant, a annoncé le lendemain de la décision états-unienne qu'il soumettrait au gouvernement le projet de construction de 14.000 logements, dont 6.000 sont prévus pour la construction dans les zones de Jérusalem-Est et qu'ils en sont déjà à diverses étapes de la planification. Pour rappel, quelque 200,000 citoyens israéliens vivent à Jérusalem-Est sous la protection de l'armée et de la police, le plus grand complexe de logements regroupant 44 000 Israéliens.

En réaction à la déclaration de Trump, les populations palestiniennes se sont mobilisés et ont manifesté leur colère et opposition. Au moins 31 personnes ont été blessées par les tirs de l'armée israélienne et des balles en caoutchouc, lors des manifestations palestiniennes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza le 7 décembre après que les Etats-Unis aient reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël. Dans des villes de Cisjordanie, des milliers de manifestants se sont rassemblés avec comme slogan principal «Jérusalem est la capitale de l'État de Palestine».

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a vivement réagi, jugeant que les Etats-Unis sapaient « délibérément tous les efforts de paix ». « Par ces décisions déplorables, les Etats-Unis (…) proclament qu’ils abandonnent le rôle de sponsor du processus de paix qu’ils ont joué au cours des dernières décennies », a dit M. Abbas à la télévision palestinienne. Le Hamas a appelé jeudi les Palestiniens à abandonner les efforts de paix et à lancer un nouveau soulèvement contre Israël, tandis que les factions palestiniennes ont appelé à une "Journée de la colère" vendredi 8 décembre. Le Hezbollah libanais s'est joint jeudi aux appels pour un nouveau soulèvement palestinien en réponse à la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël.

La décision du président états unien montre à nouveau que le processus de paix et les accords d’Oslo n’ont jamais été un moyen pour les Palestiniens de réaliser leurs objectifs nationaux, mais simplement un moyen par lequel Israël continuait à étendre la colonisation et laissait la gestion de l’occupation à l’Autorité Palestinienne, une instance sous la domination politique, économique et militaire quasi totale de l’occupant.

La question palestinienne reste d’une importance primordiale dans les dynamiques politiques régionales, mais également mondiales.

Le sionisme de Theodor Herzl et des leaders du mouvement sioniste depuis son origine a toujours été un projet colonial et d’expulsion des Palestiniens soutenu d’abord par l’impérialisme britannique et ensuite par les Etats Unis pour garantir leurs intérêts dans la région. L’Etat d’Israël joue en effet depuis des décennies le rôle de chien garde des intérêts impérialistes occidentaux dans la région. La différence majeure entre Israel et d’autres pays régionaux est sa nature coloniale. C’est un projet colonial d’expulsion de la population indigène à savoir les palestiniens qui ne peut pas intervenir de manière similaire aux puissances régionales dans les processus révolutionnaires de la région à cause de son caractère étranger à la région.

La droitisation extrême de la société israélienne cette dernière décennie n’est pas une surprise, comme présenté par les médias, mais doit être comprise dans les origines du mouvement sioniste et de son développement. C’est bien en effet le mouvement sioniste, malgré ses relents soi disant socialistes, qui a assisté les occupants britanniques pour mater le soulèvement populaire palestinien entre 1936 et 1939, et surtout qui a commis le crime de la Nakba en 1948, avec son cortège de massacres et l’exil forcé de plus de 800 000 palestinien, etc… Entre 1948 et 1949, 80% de la population palestinienne a en effet été expulsée et expropriée par les groupes armés sionistes et le nouvel Etat israélien. Aujourd'hui, il y a un peu plus que 7 millions de réfugiés palestiniens, ce qui équivaut à environ 70% de la totalité de la population palestinienne, qui est estimée à 10,7 millions dans le monde.

De ce point de vue, il est totalement erroné de chercher les racines du sionisme dans la religion juive: le sionisme est enraciné dans l’histoire politique et la philosophie moderne européenne. La religion n’a fait que procurer quelques justifications et récits à une idéologie nationaliste moderne et à un mouvement colonial. Comme tout autre mouvement colonial, le sionisme est, dans sa nature même, unilatéral : le sort et les droits des autochtones n’ont aucune importance dans la réalisation du projet colonial. En tant que projet visant à la création d’un Etat juif - dans le sens démographique du concept, c’est-àdire composé, autant que possible seulement de juifs – le sionisme combine des dimensions de nettoyage ethnique et d’apartheid.

Donc les constats d’effrois actuels du racisme de la société israélienne doivent être vu comme une conséquence de la promotion continuelle d’un racisme d’Etat et institutionnel d’Israël et cela n’a rien de nouveau mais s’inscrit dans une histoire d’oppression de plus de 6 décennies contre les Palestiniens.

Avant de parler du constat à tirer de cette situation, il faut rappeler l’importance des campagnes de solidarité avec la lutte du peuple palestinien et particulièrement de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions). Cette dernière continue à connaître des succès mondiaux et à être considérée par Israël et ses alliés comme une menace importante et grandissante, comme on peut le voir par les tentatives de criminalisations du mouvement et ses activistes. Le BDS permet de démasquer et dénoncer la collaboration des gouvernements occidentaux avec un Etat qui viole de manière quotidienne le Droit International depuis plus de 60 ans et des grandes entreprises qui tirent profit de l’occupation pour faire des bénéfices. Cette campagne BDS, comme celle du Boycott de l’Afrique du Sud de l’Apartheid constitue un outil de pression sur nos gouvernements pour qu’ils appliquent des sanctions et un levier sur le gouvernement israélien pour le pousser l’application du droit international et le respect des droits des Palestiniens.

 

De même il faut apporter notre soutien au différentes formes de résistances du peuple palestinien contre l’état israélien.

Cela nous amène en conclusion à deux réflexions fondamentales sur la question de la libération du peuple palestinien.

Tout d’abord, que la seule solution véritable à la question palestinienne est le démantèlement de l’Etat colonial, d’Apartheid et d’occupation d’Israël, qui n’a apporté que des souffrances à la population palestinienne et n’a jamais permis la sécurité de la population juive d’Israël comme sa propagande mensongère le dit, bien au contraire, et l’établissement d’un Etat démocratique, social et laïque dans la Palestine historique de 1948 pour tous (Israéliens et Palestiniens) sans aucune forme de discrimination et dans lequel tout palestinien, qu’il soit réfugié interne ou réfugié dans des pays étrangers, a le droit de retourner sur ses terres et sa maison d’origine desquelles ils ont été déplacés de force en 1948, 1967 et après.

Ensuite le deuxième élément très important, c’est la nécessité de soutenir les révolutions populaires de la région dans leur combat pour renverser tous les régimes autoritaires qui sont complices de la souffrance du peuple palestinien par leur collaboration directe ou indirecte avec l’Etat d’Israël. Les régimes autoritaires de la région ont tous essayé de supprimer, dominer ou contrôler le mouvement national de libération palestinien. Il faut rappeler de manière constante l’importance de comprendre que la libération de la Palestine passe en effet par la libération des peuples de la région, et dès lors par Damas, Ryad, Doha, Téhéran, le Caire, Amman, etc…

La libération de la Palestine et de ses classes populaires est liée à la libération et à l’émancipation des classes populaires de la région contre leurs classes dirigeantes ainsi que des différents impérialismes, en particulier des Etats-Unis et de la Russie, et des puissances régionales telles que l’Iran, l’Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar. Dans cette logique similaire, nous devons nous battre contre toutes les tentatives de division des classes populaires par les régimes autoritarires et les forces fondamentalistes islamiques sur la base de genre, appartenance religieuse, nationalité, etc…qui essayent de dominer ces populations et donc d’empêcher leur libération et leur émancipation et dès lors de celles des classes populaires de Palestine. 

 Solidarité avec le peuple palestinien et les peuples en lutte

Joseph Daher

00:35 Publié dans BDS, Etats Unis, marxisme, Oppressions, Palestine, résistance | Lien permanent | Commentaires (78) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Votre vision démontre un manque évident de connaissances.

Le peuple le plus révolutionnaire de cette région est le peuple juif. S'il n'est plus dans cette région, c'est parce qu'il s'est révolté d'abord contre les colons grecs, puis contre les colons romains et a refusé la soumission. S'il a été expulsé de Jérusalem en 1948, c'est parce qu'il s'est à nouveau révolté contre la servitude (ou l'extermination que lui promettaient les diverses légions arabes. Alors les arabes jordaniens ont organisé un nettoyage ethnique de la vieille ville de Jérusalem, ont dynamité des dizaines de synagogues parfois très anciennes et ont interdit l'accès au lieux saints juifs. Est-ce là votre référence ?

Par contre, malgré leurs pleins pouvoirs, ils n'ont jamais réclamé Jérusalem comme capitale et n'ont jamais évoqué le peuple palestinien avant 1964 lorsque un égyptien issu des frères musulmans a été choisi par le KGB pour ouvrir un nouveau front de lutte; Arafat.

Israël est le peuple en lutte que vous devriez soutenir si votre connaissance historique dépassaient ce qui est dit dans les pamphlets de propagande et le peuple palestinien est aujourd'hui un peuple réel mais fort jeune, qui a été inventé pour la cause il y a environ un demi siècle. Pour preuve, contrairement à l'autre, il n'a ni langue propre, ni histoire propre, ni culture propre, ni religion propre, ni coutumes propres.... Selon les villages, les palestiniens ont les accents et tournures de phrases caractéristiques de leurs origines: Irak, Egypte, Arabie Saoudite, etc. Ils ne se mélangent pratiquement pas entre eux: un enfant de Ramallah n'épousera pas un de Jéricho car ils ne sont pas de la même terre. Etonnant, non ?

Écrit par : archi-bald | 08/12/2017

La grande majorité des Israéliens actuels sont des Juifs originaires d`Europe Centrale et de l`Est dont les ancetres formaient ces tribus khazares qui se sont converties au judaisme pour des raisons géo-politiques aux alentours du 7. siecle de notre ere pour etre plus tard chassées de leur territoire des bords de la mer Caspienne par d`autres peuplades. Au temps de Salomon (s`il a existé), ces tribus étaient donc des animistes pur teint comme tous les peuples nomades d`Asie Centrale et Salomon n`aurait vu en eux que des barbares. Ce n`est pas moi qui le dis mais des érudits comme A. Koestler ou l`historien contemporain Shlomo Sand, tous deux juifs. Face a cela, les ancetres des Palestiniens ont pour la plupart vécu sur place depuis pas mal de siecles. Si l`on raisonne donc en termes de droit du sol d`un peuple, qui a le plus de droits sur l`endroit? Ce n`est cependant pas une bonne maniere de raisonner car ce qui compte, c`est le sort des vivants et non celui de lointains ancetres qui sont depuis longtemps retournés a la poussiere.

Écrit par : JJ | 08/12/2017

C'est c'la JJ! On lui dira!

Écrit par : Patoucha | 10/12/2017

Je me prononce pas sur le fond. Mais sur la forme c'est comique cette impression de lire un discours soviétique d'il y a 50 ans, tous les mots clés y sont.

Écrit par : K. Bereit | 09/12/2017

Depuis quand il y aurait "un peuple palestinien" surtout sil'on sait que même le terme "palestinien" est de l'hébreu à 100% !

N'importe quoi !

Écrit par : Corto | 10/12/2017

@Corto et/ou Patoucha, avez vous remarqué que personne ne relève plus et ne réplique plus à vos écrits, ça ne vaut nullement la peine! Mais je vous donne un conseil, continuez y ainsi et ne changez en rien, vous êtes les meilleurs démolisseurs de vos écrits de nazillons.

Écrit par : Charles 05 | 12/12/2017

C'est marrant (façon de parler), partout ailleurs, quand les frontières sont redessinées suite à des guerres, lesdites frontières restent inscrites dans les atlas - en attendant la prochaine guerre.

Imaginez qu'en Europe, les Polonais et les Allemands se fassent exploser dans les transports publics pour réclamer le retour aux frontières d'avant Yalta? Imaginez que les Autrichiens et les Hongrois détournent des avions pour pouvoir retourner à l'empire austro-hongrois? Imaginez que l'Espagne réclame le retour du Maroc dans son giron? Le Brésil pourrait redevenir portugais, tiens....

Et si vous défendiez le peuple chypriote, sous la botte d'Ankara depuis 1974?

Les (certains) musulmans veulent récupérer l'Andalousie.... mais alors, pourquoi ne pas retourner à l'époque du Christ, où l'islam n'existait pas et où la "Palestine", Judée-Samarie étaient..... romains ou ottomans?
Du coup, la Suisse n'existerait plus non plus (comme le disait une députée verte récemment.....)

Écrit par : Choupette | 10/12/2017

Il faut regarder les choses en face. Israel ne peut pas se permettre de rendre la plus grande partie des territoires occupés car, sans eux, il n`aurait plus assez de terres arables et d`eau potable pour subsister. Israel ne peut non-plus se permettre d`intégrer les Palestiniens car, démographie oblige, ce serait vite la fin de l`État Juif or les Israéliens ne sont pas prets a renoncer a cette exclusivité ethno-religieuse. La communauté internationale devrait donc, a mon avis, cesser de faire croire aux Palestiniens que l`impossible est possible et tout le monde devrait s`appliquer a chercher une solution satisfaisante pour les deux parties. Cette solution devra obligatoirement passer par la cession d`un tout nouveau territoire aux Palestiniens mais d`un territoire viable et non pas désertique comme ceux de la Jordanie ou sont parqués déja des centaines de milliers de ces gens.

Écrit par : JJ | 10/12/2017

@Choupette,

Des guerres, toutes déclarées avec une lâcheté sans comparaison par les pays arabes, en 1948, au lendemain même qu'Israël ait déclaré son indépendance, 10 pays arabes décident de déclarer la guerre à Israël, 10 pays certains d'éradiquer Israël sans que cela ne leur pose le moindre problème, 3 ans après la libération des camps des nazis, des centaines de millions d'arabes dont tous les voisins du jeune état juif, hurlaient "les juifs à la mer", ou "tuons tous les juifs jusqu'au dernier" etc... et cela sans que l'Europe à peine sortie du nazie et la bouche en coeur ne bouge le petit doigt !

Ensuite, les arabes ont déclarés 5 autres guerres contre Israël, sans compter les attaques de missiles du hamas, en tout le hamas a tiré plus de 15'000 missiles sur Israël, toujours avec les mêmes slogans de "mort aux juifs" !

Au contraire de son coté, Israël a développé des systèmes de missiles permettant de neutraliser les missiles arabes du hamas, cela uniquement afin de ne pas à avoir à faire des victimes chez l'agresseur !

Pour la petite histoire, l'onu et l'ensemble des médias persistent à qualifier les habitants de Gaza de "palestiniens", pour rappel, tous les gazaouis sont de nationalité égyptienne, Gaza était égyptien et c'est l'Egypte qui refusé de reprendre ce territoire lors des accords de Camp-David en 1979, ils exigeaient la rétrocession du Sinaï contre un accord de paix, mais refusèrent de reprendre Gaza malgré l'insistance de Begin !

Israël s'est retiré de Gaza en 2005, je ne comprend pas pour quelle raison ne soit pas redevenue égyptien depuis 2005 et pourquoi il y a une frontière entre l'Egypte et Gaza et que la presse ne cesse de s'en prendre à Israël en l'accusant d'avoir créé un blocus, Gaza est égyptien, Gaza n'est pas occupé par Israël ?

Écrit par : Corto | 10/12/2017

Excellent commentaire, Corto. En fait, il faut toujours rétablir les faits contre ceux qui veulent travestir l'histoire. Ceux-là ne font pas de pause. on a le même problème en Suisse, si vous voyez ce que je veux dire...

Écrit par : Géo | 10/12/2017

"un territoire viable et non pas désertique comme ceux de la Jordanie ou sont parqués déja des centaines de milliers de ces gens."
En l'occurrence, la Jordanie ne se trouve pas sur la planète Mars et il ne s'agit donc que d'une question d'investissement.

Écrit par : Géo | 10/12/2017

@Corto: vous n'avez visiblement pas compris mon commentaire.

En clair: une fois que les frontières changent suite à une guerre, autrement dit la victoire des uns (Israël) et la défaite des autres (les Arabes), ben ceux qui ont perdu ont perdu (des territoires) et ceux qui ont gagné, fait avancer la ligne de front, ont gagné (des territoires).

Les Arabes n'ont pas digéré leur défaite en 1967 et continuent de revendiquer les frontières d'avant leur défaite. Ce que ne font ni les Allemands ni les Polonais, dont les frontières ont glissé vers l'ouest après Yalta.

Une frontière qui a été déplacée de façon unilatérale et illégale, c'est l'occupation de Chypre nord par la Turquie, depuis 1974. Bizarrement, tout le monde s'en fout. Probablement parce qu'il n'y a pas de juifs à Chypre.

Écrit par : Choupette | 10/12/2017

C’est bien ce que j’ai compris Choupette!

Jean DAHER, vous êtes là lie des Juifs suisses! Si vous avez des c.... allez à Gaza!

Écrit par : Patoucha | 10/12/2017

Choupette@ C'est la grande foutaise du droit international, qui peut se traduire par une seule formule : le droit du plus fort est le meilleur. Le Delaware n'est pas sur la liste noire (ni grise) de l'UE sur les paradis fiscaux.
C'est trop injuste...

Écrit par : Géo | 10/12/2017

@Choupette,

Vous faites allusion à Chypre avec l'occupation UNILATERALE de la Turquie sur le nord de l'île, ne pas confondre avec les multiples déclarations de guerres engagées par le multilatéralisme arabo-musulman, notamment en 67, c'était une meute innombrable de nations qui avaient fait alliance pour éradiquer Israël de la carte !

Tout comme lors des autres déclarations de guerres faites par les arabo-musulmans lors des guerres de 48, 56, 67, 73, 86, 02, 06, et les attaques incessantes de Gaza depuis qu'Israël s'est retirée de ce territoire abandonné par l'Egypte lors des accords de Camp-David en 1979 !

Imaginons un instant qu'Israël ait perdu l'une de ces guerres ??

Egalement, les frontières d'Israël avant 67 mettaient Tel-Aviv à portée de mortier, Israël a élargit son territoire pour des raisons de sécurité, les frontières de 67 étaient pratiquement impossible à défendre contre des dizaines d'armées lourdement équipées !

Écrit par : Corto | 10/12/2017

Corr: la

Modérez, modérez, il en restera toujours quelque chose ailleurs!

Écrit par : Patoucha | 10/12/2017

Apprenez l'HISTOIRE l'activiste Adler!
Si vous étiez mon fils je vous aurais renié! Je n'aime pas les lâches!

Myths of the Middle East
Posted: October 11, 2000

By Joseph Farah
© 2010 WorldNetDaily.com

I've been quiet since Israel erupted in fighting spurred by disputes over the Temple Mount.
Until now, I haven't even bothered to say, "See, I told you so." But I can't resist any longer. I feel compelled to remind you of the column I wrote just a couple weeks before the latest uprising. Yeah, folks, I predicted it. That's OK. Hold your applause.

After all, I wish I had been wrong. More than 80 people have been killed since the current fighting in and around Jerusalem began. And for what?

If you believe what you read in most news sources, Palestinians want a homeland and Muslims want control over sites they consider holy. Simple, right?

Well, as an Arab-American journalist who has spent some time in the Middle East dodging more than my share of rocks and mortar shells, I've got to tell you that these are just phony excuses for the rioting, trouble-making and land-grabbing.

Isn't it interesting that prior to the 1967 Arab-Israeli war, there was no serious movement for a Palestinian homeland?

"Well, Farah," you might say, "that was before the Israelis seized the West Bank and Old Jerusalem."

That's true. In the Six-Day War, Israel captured Judea, Samaria and East Jerusalem. But they didn't capture these territories from Yasser Arafat. They captured them from Jordan's King Hussein. I can't help but wonder why all these Palestinians suddenly discovered their national identity after Israel won the war.

The truth is that Palestine is no more real than Never-Never Land. The first time the name was used was in 70 A.D. when the Romans committed genocide against the Jews, smashed the Temple and declared the land of Israel would be no more. From then on, the Romans promised, it would be known as Palestine. The name was derived from the Philistines, a Goliathian people conquered by the Jews centuries earlier. It was a way for the Romans to add insult to injury. They also tried to change the name of Jerusalem to Aelia Capitolina, but that had even less staying power.

Palestine has never existed -- before or since -- as an autonomous entity. It was ruled alternately by Rome, by Islamic and Christian crusaders, by the Ottoman Empire and, briefly, by the British after World War I. The British agreed to restore at least part of the land to the Jewish people as their homeland.

There is no language known as Palestinian. There is no distinct Palestinian culture. There has never been a land known as Palestine governed by Palestinians. Palestinians are Arabs, indistinguishable from Jordanians (another recent invention), Syrians, Lebanese, Iraqis, etc. Keep in mind that the Arabs control 99.9 percent of the Middle East lands. Israel represents one-tenth of 1 percent of the landmass.

But that's too much for the Arabs. They want it all. And that is ultimately what the fighting in Israel is about today. Greed. Pride. Envy. Covetousness. No matter how many land concessions the Israelis make, it will never be enough.

What about Islam's holy sites? There are none in Jerusalem.

Shocked? You should be. I don't expect you will ever hear this brutal truth from anyone else in the international media. It's just not politically correct.

I know what you're going to say: "Farah, the Al Aqsa Mosque and the Dome of the Rock in Jerusalem represent Islam's third most holy sites."

Not true. In fact, the Koran says nothing about Jerusalem. It mentions Mecca hundreds of times. It mentions Medina countless times. It never mentions Jerusalem. With good reason. There is no historical evidence to suggest Mohammed ever visited Jerusalem.

So how did Jerusalem become the third holiest site of Islam? Muslims today cite a vague passage in the Koran, the seventeenth Sura, entitled "The Night Journey." It relates that in a dream or a vision Mohammed was carried by night "from the sacred temple to the temple that is most remote, whose precinct we have blessed, that we might show him our signs. ..." In the seventh century, some Muslims identified the two temples mentioned in this verse as being in Mecca and Jerusalem. And that's as close as Islam's connection with Jerusalem gets -- myth, fantasy, wishful thinking. Meanwhile, Jews can trace their roots in Jerusalem back to the days of Abraham.

The latest round of violence in Israel erupted when Likud Party leader Ariel Sharon tried to visit the Temple Mount, the foundation of the Temple built by Solomon. It is the holiest site for Jews. Sharon and his entourage were met with stones and threats. I know what it's like. I've been there. Can you imagine what it is like for Jews to be threatened, stoned and physically kept out of the holiest site in Judaism?

So what's the solution to the Middle East mayhem? Well, frankly, I don't think there is a man-made solution to the violence. But, if there is one, it needs to begin with truth. Pretending will only lead to more chaos. Treating a 5,000-year-old birthright backed by overwhelming historical and archaeological evidence equally with illegitimate claims, wishes and wants gives diplomacy and peacekeeping a bad name

Par Farah Joseph journaliste arabe américain

Écrit par : Patoucha | 10/12/2017

la mosquée Al-Masjid al-Ḥarâm à La Mecque a été construite en 638 et la mosquée d'Al Aksa en 705 soit, 68 ans après !

Je peux faire la liste des dates de construction des mosquée et vous verrez que celle de Jérusalem n'était pas la troisième et de loin !

Cette histoire de troisième ville de l'islam a été inventée il y a à peine 30 ans !

Écrit par : Corto | 12/12/2017

Le projet colonial de faire disparaître les Palestiniens n'est-il pas, mentalité parlant, apparenté au projet des Forces de l'Axe soit celles d'Hitler de faire disparaître le plus de juifs possibles dans les camps ce avec le concours "ardent" du Grand Mufti de Jérusalem d'alors?

Que se passerait-il si les Etats-Unis ne soutenaient plus Israël du tout?

Juifs et Arabes invités à délimiter entre eux les frontières des deux Etats?

Les SECRETS DE L'EXODE par deux auteurs juifs "érudits" Messod et Roger Sabbah, nous apprennent qu'à la mort du pharaon Aménophis IV le pouvoir égyptien décida d'en revenir au culte du dieu Amon, après celui d'Aton, ce que refusèrent nombre de prêtres égyptiens. Ils durent quitter l'Egypte, sous la conduite du "prince égyptien Moïse" et se rendre en la dite "terre promise" alors "gérée par l'Egypte".
A ces prêtres, leurs familles et fonctionnaires se joignirent les Hébreux ainsi que toute une "tourbe"!

Merci à Joseph Daher, comme à quelques autres auteurs de blogs de repréciser comme ils le font que le sionisme n'a rien à voir avec la Bible.

LES SECRETS DE L'EXODE nous apprennent également à quel point la Bible n'est pas à lire telle qu'elle se présente.

Il faut être connaisseur de l'araméen, du grec, de la langue hébraïque, d'une part, et de multiples aptitudes à déchiffrer, décoder, etc., de l'autre.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/12/2017

"Le projet colonial de faire disparaître les Palestiniens n'est-il pas, mentalité parlant, apparenté au projet des Forces de l'Axe soit celles d'Hitler"
Avec des affirmations de ce tonneau, quelle crédibilité pensez-vous pouvoir conserver, MB ?

Écrit par : Géo | 13/12/2017

Corto, vous dites des bêtises: l'invention de "Jérusalem 3ème ville sainte de l'Islam" n'a pas 30 ans; c'est un fait historique depuis au moins 50 ans et comme le disait Abbas, les palestiniens sont là depuis des millions d'années... A propos de millions damnés; où sont les millions volés par Arafat aux arabes de la région ?

Écrit par : archi-bald | 13/12/2017

Excellent LOL :)

" A propos de millions damnés; où sont les millions volés par Arafat aux arabes de la région ?"

Vous voulez dire milliards!

Écrit par : Patoucha | 13/12/2017

Myriam,
Vous parlez du "Le projet colonial de faire disparaître les Palestiniens". Pouvez-vous expliciter et citer des sources, svp ?
Je connais le projet arabe à la fin des années 40 d'instrumentaliser les réfugiés de la région, enfin, les arabes car les réfugiés juifs des pays arabes, plus nombreux, on n'en parle pas. Je connais le projet du KGB de faire de ces réfugiés un peuple et d'avoir choisi un frère musulman égyptien pour en devenir le leader (Arafat).
Je connais les projets arabes de faire disparaître les juifs de la région, projets qu'on peut lire dans les chartes de l'OLP, dans celle du Hamas, dans celle du Hezbollah et dans de nombreux écrits et discours officiels des nations environnantes.
Mais je ne connais pas le projet que vous évoquez. Citez vos sources !

Écrit par : archi-bald | 13/12/2017

Lesdits "Palestiniens" arabes de "palestine", n'ont aucune histoire outre l'invention du "prophète" mahomet... Ce vol existe depuis la naissance de l'islam qui a pris ses fondations sur les prophètes du Judaïsme et certains écrits de la Bible rejetés par les Juifs "repris, et remaniés à la sauce islamiste"

Jérusalem est le berceau du Judaïsme depuis plus de 3000 ans!

Lamartine : « Voilà la Judée à qui les nations ont disputé même la capitale »

"Dans son Voyage en Orient, entre 1832 et 1833, Lamartine apporte un témoignage sur Jérusalem et la Judée, terre des Juifs et baptisée Cisjordanie pour effacer cette filiation, auquel l’actualité apporte un écho familier. petit extrait:

Déjà « les nations ont disputé [au peuple juif] cette capitale de ses proscriptions » dit Lamartine ! L’histoire est un éternel recommencement.

« C’est bien là que Sion était assise ; site bizarre et malheureux pour la capitale d’un grand peuple : c’est plutôt la forteresse naturelle d’un petit peuple chassé de la terre, et se réfugiant avec son temple, sur un sol que nul n’a intérêt à lui disputer ; sur des rochers qu’aucunes routes ne peuvent rendre accessibles, dans des vallées sans eau, dans un climat rude et stérile, n’ayant pour horizon que les montagnes calcinées par le feu intérieur des volcans, les montagnes d’Arabie et de Jéricho, et qu’une mer infecte, sans rivage et sans navigation, la Mer-Morte !

Voilà la Judée, voilà le site de ce peuple dont le destin est d’être proscrit à toutes les époques de son histoire, et à qui les nations ont disputé même cette capitale de ses proscriptions, jetée, comme un nid d’aigle, au sommet de ce groupe de montagnes : et cependant ce peuple portait avec lui la grande idée de l’unité de Dieu, et ce qu’il y avait de vérité dans cette idée élémentaire suffisait pour le séparer des autres peuples, et pour le rendre fier de ses proscriptions, et confiant dans ses doctrines providentielles.

…/…

Un tel pays, repeuplé d’une nation neuve et juive, cultivé et arrosé par des mains intelligentes, fécondé par un soleil du tropique, produisant de lui-même toutes les plantes nécessaires ou délicieuses à l’homme, depuis la canne à sucre et la banane jusqu’à la vigne et à l’épi des climats tempérés, jusqu’au cèdre et au sapin des Alpes ; – un tel pays, dis-je, serait encore la terre de promission aujourd’hui, si la Providence lui rendait un peuple, et la politique du repos et de la liberté. »

****

« Voyage en Palestine »‘, est le titre d’une oeuvre écrite en 1695, par Hadrian Reland (ou Relandi), cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais. Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en latin, s’intitule: « Monumentis Veteribus Illustrata », édité en 1714 aux Editions Brodelet. L’auteur de cet ouvrage, l’un des premiers orientalistes, connaissait les langues hébraïque, arabe et grecque (ancien).

Palestina: un ouvrage historique de 1695. Surprise, il n’existait pas de « peuple palestinien ». Gaza était 50% juif et 50% chrétien

Quelques remarques extraites de cette passionnante étude :

Aucune localité d’alors ne propose de nom ou de source arabe
La grande majorité de ses villes ou villages possède un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou Latin-Romain
Pratiquement aucune ville qui possède aujourd’hui un nom en arabe n’en possédait à l’époque : ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shehem), Gaza ou Djénine.
Il n’y a aucune trace dans les recherches de Reland de sources historiques ou philologiques établies aux noms arabes, plus tardifs, de Ramallah, Al Halil (Hébron) ou Al Qods (Jérusalem)
En 1696, Ramallah s’appelle “Beteïlé” (du nom hébreu “Bet El”)
Hévron s’appelle … Hévron et Méarat Hamahpéla (Caveau des Patriarches) : Al Halil, du nom donné à Avraham Avinou en arabe.
La plupart des villes étaient composées de Juifs, à l’exception de Naplouse (Shehem) qui comptait 120 personnes issues d’une même famille musulmane, les “Natashe”, ainsi que 70 Samaritains
A Nazareth, en Galilée, une ville entièrement Chrétienne : 700 Chrétiens.
A Jérusalem, plus de 5000 habitants, dont la plus grande majorité est juive, et quelques Chrétiens.

Reland n’évoque que quelques familles bédouines musulmanes isolées, composées d’ouvriers temporaires saisonniers, dans les domaines de l’agriculture ou de la construction.

A Gaza, près de 550 personnes, 50% de Juifs et 50% de Chrétiens. Les Juifs étaient essentiellement spécialisés dans l’agriculture : la vigne, les olives et le blé (Goush Katif). Les Chrétiens s’occupant davantage de commerce et transport des différents produits de la région

Tibériade et Safed étaient de localités juives.

On sait surtout que la pêche du Lac de Tibériade constituait le principal emploi de l’époque.

Une ville comme Oum El Fahem par exemple était complètement chrétienne : 10 familles.

L’une des conclusions qui découle de ces recherches est la contradiction définitive et rédhibitoire apportée aux arguments arabes, à savoir l’affirmation d’une légitimité palestinienne ou même d’un « peuple palestinien ».

On en veut pour preuve le fait même qu’un nom latin, celui de « Palestine », ait été repris à son compte par le camp arabe.

© www.Dreuz.info et source citée.

Livre : http://books.google.fr/

Source : http://www.actu.co.il

https://www.dreuz.info/2012/12/03/article-31660511/

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

archi-bald,

La première source, l'auteur de l'article, Joseph Daher.

Veuillez relire l'article en son entier du premier au dernier mot.
Paragraphes au complet.

De l'ensemble de mes lectures, ma modeste temporaire conclusion, "plus on colonise les territoires, plus on en expulse les indigènes".

"Nous avons besoin de la Palestine pour nous reconstruire."
Juifs de retour en un livre consacré à Freud et à la psychanalyse jusqu'en ces territoires.

Dès le retour des sionistes, ils ont brûlé des villages arabes sans le moindre respect de la mémoire des habitants chassés de leurs propres terres.

Sans occulter la réalité des guerres et des victoires retraçant les frontières.

Je ne puis connaître que ce que je lis.


Sans ignorer qu'il y a des Palestiniens non "expulsés" qui vivent magnifiquement.

Le malheur des uns, comme partout, faisant le bonheur des autres. "C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches (de moi inconnu, de cette citation, le nom de son auteur).*

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/12/2017

archi-bald

La colonisation incessante, y compris dès la décision de Trump, des terres n'exclut-elle pas les Palestiniens de leurs lieux de vie?

Eau potable, terre mitée?

Encore une fois, veuillez relire du premier au dernier mot l'article de Joseph Daher.
Chaque paragraphe en suivant.

- Journaux, magazines et livres

dont un consacré à Freud: les juifs d'alors ayant "besoin de la Palestine pour se reconstruire".
Impossible de retrouver sur le champ le titre et nom d'auteur de l'ouvrage en question mais, faites-moi confiance, jamais, en blogosphère, notamment, je n'inventerais quoi que ce soit!

Rage d'un rabbin à propos d'un hyperconnu chant de Noël: "Quand Dieu naquit à noël Dans la Palestine"... à cause du nom Palestine.

Sans ignorer pour autant qu'il y a des Palestiniens, non expulsés, qui vivent magnifiquement.

"C'est de l'enfer des pauvres
qu'est fait le paradis des riches."
Auteur inconnu

Prière des nantis: "Seigneur, de grâce, faites que rien ne change, que rien ne bouge!

Pour l'amour de nous... amen"

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/12/2017

Myriam,

Je ne comprends pas le terme de colonisation que vous employez. Quelqu'un qui rentre chez lui après en avoir été expulsé n'est pas un colon. Certes, la situation est délicate car, dans l'intervalle, d'autres colons sont venu nicher dans le territoire délaissé. Et les enfants des uns et des autres ont beaucoup de difficulté à s'entendre. Il faut les aider, par les stigmatiser.

A mon sens, le terme de colon que vous utilisez ici est plus une opinion qu'un fait. On devrait plutôt parler des colonies espagnoles, portugaises, françaises, anglaises en Amérique ou en Afrique. Mais les juifs en Judée ou les hébreux à Hebron, j'ai quand même un peu de peine...

Pour le reste des références, j'ai également de la peine à vous suivre. Disons que je ne vois pas de mal à ce qu'un enfant arraché à son foyer ait besoin de retrouver son foyer pour se reconstruire. Pas besoin de me référer à Freud pour le comprendre.

Cela dit, vous avez le droit de ne pas aimer les rabbins en rage quand ils entendent des bêtises. Jésus était rabbin, ne fêtait pas Noël, n'est jamais entré dans une église et croyait en D.ieu, comme son père et son grand-père.

Écrit par : archi-bald | 13/12/2017

"Pour le reste des références, j'ai également de la peine à vous suivre."

Vous semblez tomber des nues archi-bald!? MB nous sert ses mêmes délires depuis des années! Ces petits papiers doivent être jaunis! Et dire qu'elle se targue de ne pas faire de "copier/coller"..... Répéter ce qu'on lit c'est du copier/coller! La voilà redevenue - enfin - catholique!

Écrit par : Patoucha | 13/12/2017

"Pas besoin de me référer à Freud pour le comprendre"
D'autant que MB me paraît faire un contre-sens complet (comme souvent chez elle...):
"les juifs d'alors ayant "besoin de la Palestine pour se reconstruire" signifie que les Juifs ne doivent pas être envoyés je ne sais où pour reconstruire Israël, mais bien chez eux : en Palestine. Les Juifs en Judée, les Hébreux à Hébron, comme l'écrit archi-bald. Tout le reste n'est que billevesées...

Écrit par : Géo | 13/12/2017

Géo

Je vous recommande le livre de Jean Ziegler, neuvième chapitre et conclusion

CHEMINS D'ESPERANCE SEUIL

Neuvième chapitre consacré aux territoires occupés qu'Israël préfère nommer simplement TERRITOIRES

On sait comment Jean Ziegler en aucun cas antisémite et dès sa jeunesse ami d'Elie Wiesel fut traité, sali et particulièrement attaqué au sens de sa crédibilité sans même parler des procès... pour avoir selon ses fonctions officielles apporté son témoignage.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/12/2017

Précédent commentaire, l'autre livre indiqué sans le nom de l'auteur et titre est:


Freud à Jérusalem
La psychanalyse face au sionisme
Eran Rolnik
L''antilope

"Essai historique, psychanalyse et sionisme dans la Palestine de l'entre-deux
guerres."

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/12/2017

En 1850, deux recensements avait été fait à Jérusalem, l'un effectué par les ottomans et l'autre par les anglais, les deux publiaient des chiffres concordants sur la population de la ville sainte :

La population juive était majoritaire et de loin, s'en suivait les musulmans et les chrétiens, il y a avait plus de 50% de juifs à Jérusalem.

Ces recensements dont difficiles à trouver sur Google depuis quelques années, les propagandistes ont inondés le moteur de recherche avec des articles utilisant les mêmes mots clés.

Mark Twain a également été relooké par les sites tels que Wikipedia, mais l'un de ses principaux travail traite des populations en Israël vers 1870 !

Écrit par : Corto | 15/12/2017

Jean Ziegler, l'ami intime de polpot, de kadhafi, des el assad père et fils, saddam hussein, sawimbi, même Fidel Castro évitait Jeannot, s'en méfiait, même si sa famille est passée par le Cicéron des banques genevoises pour qui l'argent des corruptions socialistes n'ont pas d'odeur !

Dans sa volonté de défendre sa vindicte Myriam n'aurait elle pas d'autre recours que de se référer au milliardaire de gauche Jean Ziegler ?

Écrit par : Corto | 15/12/2017

Vous dites parfois n'importe quoi, Corto. Sur Savimbi, voici une carte à moi envoyée, datée du 12/01/93 :
"Cher monsieur,
MERCI !
Je partage votre opinion sur l’UNITA : un mouvement tribaliste, une bande de tueurs !
En Suisse, l’UNITA a deux types d’appuis : le lobby sud-africain (Crédit Suisse, etc)
et le professeur Rieben – qui est un homme bien mais aveuglé par Savimbi, qui fut son élève.
Amicalement
Jean Ziegler
PS. Je vous souhaite force et courage pour votre important travail en Angola"

Je vous fais parvenir cette carte scannée à l'adresse que vous m'indiquerez...

Écrit par : Géo | 15/12/2017

Myriam a reçu ce livre dédicacé par Jean Ziegler rencontré autrefois et sait que son auteur n'a rien inventé.

La situation financière de Jean Ziegler, que vous connaissez... Corto!? lui permet d'avancer dans ses travaux et ses recherches. Il n'est ni cynique, ni indifférent.

Il n'est peut-être pas parfait, je ne sais.
En revanche, il est un Vivant.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/12/2017

"Probablement parce qu'il n'y a pas de juifs à Chypre."
Sérieuse ou non, cette hypothèse ne tient pas. La raison et probablement le fait que la Turquie est puissante et a une énorme capacité de nuisance, notamment parc qu'elle a un pied en Europe.

Écrit par : Mère-Grand | 16/12/2017

Évidemment que Savimbi était un tueur. Ziegler pensait peut-etre que la guerre en Angola se faisait avec des roses? En fait, Savimbi était un idéaliste qui a fini par se rendre compte qu`il n`avait été qu`un pion dans la guerre entre le camp capitaliste et celui du communisme. Quand cette guerre prit fin, Savimbi devint inutile et il fut tout surpris que plus personne ne soit plus disposé a le fournir gratuitement en armes. Alors, il a essayé de se mettre a son compte comme seigneur de la guerre trafiquant de diams en attendant des jours meilleurs mais des lors il n`a plus dessoulé et son histoire a vite fini en eau de boudin. La légende qui est bonne fille assure qu`il a été tué au combat. Paix a son ame.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 16/12/2017

@Daher De toute facon, la question palestinienne sera bientot le cadet des soucis pour tous quand éclatera la troisieme guerre mondiale entre les forces de l`OTAN et la Russie a cause notamment du trésor du Léviathan convoité par bien trop de monde.

Écrit par : JJ | 16/12/2017

sawimbi a fait ses études en Suisse, il fréquentait les milieux marxo-tortsko-maoïstes, tout comme le faisait Jeannot, c'est à cette époque que les deux lurons ont pactisé, ensuite, pleuvaient les millions et c'est Jeannot qui présentait les monstres à ses amis blanchisseur alors qu'il écrivait "la Suisse lave plus blanc", le sommet de l'hypocrisie au nom des doctrines socialos, je peux aussi vous parler des amitiés entre la bande des socialos genevois et françois genoud, banquier d'hitler le socialiste même si nationaliste !

Et les repas pris avec son ami verges avec vue plongeante sur le camp s-21, d'où jaillissaient les hurlements de femmes, d'enfants et d'innocents sans oublier les petites sauteries avec amin al husseini !

Pourquoi Jeannot réfute toute forme d'amitié avec sawimbi alors qu'il a fait le lit auprès des banques genevoise des plus sanguinaires ayant sali l'histoire de notre espèce, pourquoi sawimbi le fait autant sauter au plafond ?

Il faut savoir que bon nombre de coups d'états sanglants de l'histoire contemporaines ont été obtenus clés en mains avec barbouzes et stocks d'armes en leasing !

Qui Jeannot aurait-il trahit dans ce que fut sa première expérience d'entremetteur entre dictature et "finance" ?

Quelles étaient les affinités entre la dictature de salazar et conseillers fédéraux également présidents de conseils d'administrations de banques n'ayant en 2017 pas encore transmit tous les comptes aux autorités de "compliances" européennes ?

Certains comptes devraient poser problème à certains politiques portugais très hauts placés dans les administrations européennes !

N'est-ce pas Mister Jeannot !

Écrit par : Corto | 16/12/2017

@JJ,

On a jamais vu autant de panneaux solaires voltaïques importés des usines fonctionnant au charbon et provoquant la morts de millions de chinois depuis qu'Israël contrôlent les plus importantes réserves de gaz et de pétrole de la planète !

Il faut savoir que pour fabriquer un de ces panneau voltaïque, il faut 2 fois plus d'énergie électrique que ce qu'il produira laborieusement durant ses 10 ans de vie, sans perler des pertes électriques liées au stockage ou à la transformation pour être injecté sur le réseau !!!

C'est sans doute l'un des plus gros scandale en cours !

La confédération finance avec des subsides la mort programmée de millions de chinois domiciliés aux abords des centrales électriques fonctionnant au charbon alimentant les fabriques de "waffers", composants des panneaux voltaïques !

Israël exploite le gaz des zones appartenant à ses cotes et l'exporte dans plusieurs pays arabo-musulmans, un projet de transformation de gaz en hydrogène liquide va bientôt la donne, cela grâce à un procédé "révolutionnaire" !

Avec 1 litre d'hydrogène liquide, un véhicule de 100 chevaux parcoure plus de 120 km !

Écrit par : Corto | 16/12/2017

@Joseph Daher,

Vous écrivez :

"Israël a occupé Jérusalem-Est à la fin de la guerre de 1967 avec la Syrie, l'Egypte et la Jordanie" !

Vous oubliez de préciser qui a initier la guerre de juin 67 ?

Et qu'il n'avait pas que la Syrie, l'Egypte et la Jordanie ayant attaqué Israël !!

Ne pas oublier le Liban, l'Irak et des troupes algériennes, soudanaises, ainsi que les miliciens de la ligue arabe connues aujourd'hui sous le terme "palestiniens", à cette époque, c'était les israéliens qui étaient qualifiés de "palestiniens" par les arabo-musulmans !

Écrit par : Corto | 16/12/2017

Ignaz@ La confrontation entre UNITA et MPLA est d'abord avant tout tribal, avec donc des alliés différents. L'URSS et Cuba pour le MPLA, la CIA et vraisemblablement la Chine pour Savimbi. Il ne portait pas le surnom de Khmer noir pour rien...*
Il est mort à Bailundo, son fief, suite à une attaque d'un commando des FAPLA pour l'abattre. Il n'y avait pas de paix possible en Angola lui vivant.
"Alors, il a essayé de se mettre a son compte comme seigneur de la guerre trafiquant de diams en attendant des jours meilleurs mais des lors il n`a plus dessoulé et son histoire a vite fini en eau de boudin. La légende qui est bonne fille assure qu`il a été tué au combat"
Vous avez des renseignements sur sa fin que je n'aurais pas ?

* Il y a eu le même type d'affrontement entre communistes pro-chinois et pro-soviétiques en Rhodésie. C'est le pro-soviétique qui a gagné : Mugabé...

Écrit par : Géo | 16/12/2017

Un article encore récent (janvier 2017) de Jeune Afrique revient sur sa mort au combat, tué avec une vingtaine de ses gardes du corps. Du bidon tout cela ? Fin moins glorieuse ?

http://www.jeuneafrique.com/92916/politique/mort-du-chef-rebelle-angolais-jonas-savimbi-2/

Écrit par : Gislebert | 16/12/2017

Il y a beaucoup d'imprécisions et d'erreurs dans cet article de Jeune Afrique, mais ce n'est pas le lieu ici de toutes les révéler. Dès que je connais un sujet, quel que soit le journal, je remarque à quel point les journalistes se foutent de la gueule du monde par le manque de sérieux de leur travail. (cf. le réchauffement climatique, le Proche-orient, les relations avec la Russie, etc, etc...).

Écrit par : Géo | 16/12/2017

Il ne faudrait pas tout embrouiller.
Une chose l'une après l'autre.

Il est question de Jérusalem - en début de l'article de Joseph Daher la déclaration de Trump datant du 6 décembre 2017.

A voir sur le blog de Jean-Noël Cuénod la carte qu'il présente de Jérusalem, ses quartiers juif, arménien, musulman, vieille ville... les portes... dont une dite des immondices.

Vieille ville. le tout tellement humain. On ne peut que souhaiter qu'intervienne un être de charisme doué de force, de cœur et de raison en mesure de soulever, de "secouer" les cœurs des peuples présents et de nous tous goyim (ne sont également pas reconnus juifs les personnes non nées de mères juives) de façon telle que Jérusalem demeure et soit simplement... Jérusalem.

Géo dirait que je viens de me contredire car en un autre commentaire j'ai évoqué Jérusalem capitale d'Israël.
En effet, mais comment savoir "tout" et ne jamais changer d'avis!?

Passons par la porte des immondices (guerres, horreurs, rivalités, turpitudes, etc.) pour rentrer par une autre... celle du lion (de "judas")!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/12/2017

Pourquoi est-ce que ca vous excite tant, la mort de Savimbi, Geo et Gislebert? De toute maniere vous ne voyez manifestement rien de glorieux en lui. Personne n`est tout ange ou tout démon mais Savimbi a vécu avant tout pour que son pays rejoigne le camp de la liberté et de la démocratie. L`Angola aurait pu devenir la Suisse de l`Afrique mais c`est justement ses richesses naturelles qui lui barrent le chemin vers liberté et démocratie. Le bonhomme est mort une premiere fois quand il s`est apercu qu`il a été manipulé tout du long comme tant d`autres idéalistes du Tiers-Monde. Et puis il est mort pour de bon et les pourris ont, une fois de plus, vaincu. Amen.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 16/12/2017

Vous rassure, cher tonsuré, point d'excitation de ma part, juste un questionnement auquel je pensais que Géo, qui, lui, connaît bien l'Afrique, aurait pu apporter une réponse...
Sur Savimbi, son idéalisme et son messianisme à la Che ou à la Lumumba, dont il partage le destin fracassé et l'instauration de la démocratie en Angola, je vous laisse à vos jugements et vos illusions de frère prêcheur ...

Écrit par : Gislebert | 16/12/2017

Excuses, porte du lion de Juda, Juda sans s.

Il y a quelques années en Pause café deux enfants se disputaient à propos d'un seul grand verre de sirop pour eux deux.
Le serveur s'approcha en leur apportant deux pailles ou chalumeaux qu'ils trempèrent immédiatement avec satisfaction dans le grand verre de sirop.

Pourquoi Jérusalem, tel le grand verre de sirop des enfants, ne serait-elle pas la capitale des deux Etats (à chacun sa paille, comme pour les enfants)?

Respectivement à Jérusalem les deux gouvernements des deux Etats Israël, la Knesset, et, à venir, celui de la Palestine avec la fin des territoires occupés ainsi que du mitage des terres revenant à la Palestine.

Eau à ne pas détourner en faveur d'un Etat comme il advint en fin de vie d'Arafat... avec coupures d'électricité incessantes en ses locaux (selon Jean Ziegler qui ne se contenta pas d'apprendre ou de lire ou d'entendre dire par ci par là mais qui de par ses mandats officiels se rendit sur place et dans ses rapports témoigna de l'anémie gravissime des enfants palestiniens mal nourris incapables de se concentrer en classe à cause du barrage d'accès aux réserves alimentaires humanitaires qui pourrissaient sur place ainsi qu'aux médicaments (les Palestiniens souffraient alors de maladies des reins létales).

Neuvième chapitre et conclusion du livre de Jean Ziegler CHEMINS D'ESPERANCE au Seuil

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/12/2017

Décidément pas d'accord avec vous, Ignaz-JJ-etc, etc..., Savimbi était une ordure fasciste, un serial killer. Vous connaissez l'histoire de Wilson dos Santos ?
J'ai du fuir Huambo après les élections des 28/29 septembre 1992 en catastrophe, avec le dernier avion des NU (en fait un Falcon pour moi tout seul...). Et je viens de supprimer tout le reste de l'histoire, trop personnel...

Écrit par : Géo | 16/12/2017

Myriam,
Le mot « goy » n’est péjoratif que dans la bouche des antisémites. Il signifie simplement « nation », comme le mot « gentile » en usage au Vatican désigne lui aussi les nations.

Vous parlez d’eau et je ne comprends pas. Les arabes d’israël et des territoires sont parmis les arabes ceux qui disposent du plus d’eau potable. Ils en ont 3x plus qu’au temps de la Jordanie et les israéliens en ont 3x moins qu’a la même époque, soit entre 150 et 200 m3 par personne et par an pour les deux populations. Par ailleurs Israël est exportateur d’eau grâce à ses installations gigantesques de desalinisation avec lesquelles il remplit même le lac de Tibériade dont le niveau baisse dangereusement. Êtes-vous sûre de connaître le sujet ou répétez vous simplement les leitmotiv de propagande?

Écrit par : Yes | 16/12/2017

" Rien de cela ne serait problématique si Jean Ziegler n’était qu’un idéaliste inoffensif. Mais il n’en est pas un. En plus d’être l’une des célébrités militantes ayant le plus desuccès en Europe, Ziegler est aussi l’un des idéologues anti-américain et anti-israélien les plus diligents du continent, ainsi que l’apologiste proéminent d’une galerie de fripouilles constituée de dictateurs du tiers-monde, comme le libyen Mouammar Kadhafi, Robert Mugabe du Zimbabwe et le cubain Fidel Castro. Durant son mandat de Rapporteur Spécial pour le droit à l’alimentation, la cause de la faim dans le monde fut systématiquement reléguée à l’arrière-plan de la promotion de son idéologie anti-occident"

http://www.danilette.com/article-qui-est-jean-ziegler-un-rapport-de-un-watch-104960394.html

@Yves

"Êtes-vous sûre de connaître le sujet ou répétez vous simplement les leitmotiv de propagande?"

Ce lien pour vous Yves, afin que vous ne perdiez pas votre temps, et surtout nous éviter dâvoir encore à supporter ses délires sur sa vie! Si vous avez du temps, cliquez sur les autres billets de ce blog.

Écrit par : Patoucha | 16/12/2017

Yes,

Comme je l'ai précisé j'ai présenté quelques informations apportées par Jean Ziegler y compris ce qu'il a écrit à propos d'un temporaire détournement de l'eau.
Chapitre neuf suivi de sa conclusion.

Permettez-moi de vous dire que je suis particulièrement bien placée pour affirmer que la différence est nette entre descendants de pères juifs, non de mères juives, et descendants de mères juives

et que la manière de faire savoir aux descendants de pères juifs mais non de mères juives qu'ils ne sont pas juifs donc n'appartenant pas au peuple qui se proclama élu est unique en son genre.

Enfin! comme on dit: Dieu reconnaîtra les siens.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/12/2017

P.S.

Gardant le meilleur souvenir de mon grand-oncle paternel juif et franc-maçon je ne puis être antisémite pas plus que "répétant simplement les leitmotiv de propagande".

Soit Jean Ziegler en ses pages consacrées à la Palestine a dit vrai, je suis choquée.

Soit Jean Ziegler en ces mêmes pages consacrée à la Palestine a menti et court au-devant d'un nouveau procès.

Mais l'homme que j'ai rencontré en compagnie d'une personnalité juive, sans même parler de son amitié de toujours avec Elie Wiesel, cet homme, Jean Ziegler, n'est pas antisémite.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/12/2017

Si comme publié par LeMonde arafat a laissé 25 milliards de Chf. dans une banque genevoise, il est évident de Jeannot n'est loin !!

Écrit par : Corto | 16/12/2017

Un lien fait sur mesure pour vous Joseph Daher:

[Vidéo] Al-Jazeera : Dr. Mordekhaï Keidar rétablit la simple vérité historique sur Jérusalem face à un imam affabulateur - S'il n'y avait que lui qui affabule....!

Déc 15, 20178

http://www.europe-israel.org/2017/12/video-al-jazeera-dr-mordekhai-keidar-retablit-la-simple-verite-historique-sur-jerusalem-face-a-un-imam-affabulateur/

Écrit par : Patoucha | 16/12/2017

Myriam voudrait lier les amitiés de Jean Ziegler, polpot, kadhafi, savimbi, saddam hussein avec Elie Wiesel, elle rêve en couleurs !

Ca devient assez indigeste !

Écrit par : Corto | 17/12/2017

J'ai posté un article sur l'antisémitisme de Ziegler mais il n'a pas passé la rempe.... Sans doute le lien... passera ou passera pas:

http://www.danilette.com/article-qui-est-jean-ziegler-un-rapport-de-un-watch-104960394.html

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

Myriam, Corto, ne pense, ne dit et ne recherche rien de ce que vous prétendez.

Seule la solution au problème Israélo-Palestinien comme le plupart d'entre nous la préoccupe.
Une suggestion: Jérusalem, vu ce qu'"est" Jérusalem! capitale des deux Etats distincts Israël et Palestine!?

Corto, n'inventez pas, n'imaginez pas... à la place d'autrui.

Écrit par : MB | 17/12/2017

J'aimerais bien qu'on me raconte l'histoire de cet Etat de Palestine, sa monnaie historique, son nom avant qu'Israël n'envahisse la région, où siégeait son gouvernement à l'époque, ses collections de timbres, le nom de ses présidents, rois, son drapeau dans un vieux Larousse, la langue qui les caractérise, les coutumes qui leur sont spécifiques, bref tout ce qui fait un peuple et une nation.

Je vois bien comment ou peut le faire pour l'Italie, le Japon, l'Arménie ou Israël mais pour les palestiniens, je suis dans l'obscurité.

Écrit par : Archi-bald | 17/12/2017

Vous voulez savoir à qui Israël doit tous ces mensonges Archi-Bald?

L'Intox Soviéto-Palestinienne

Par Judith Bergman, écrivain, avocate et analyste politique - 25/10/16 - Extrait

"Dans son livre A Lethal Obsession (Obsession mortelle), le regretté historien Robert. S. Wistrich a révélé qu'après la guerre des Six Jours, l'Union soviétique a mis en place une campagne intense et de longue durée pour priver Israël et le sionisme de toute légitimité dans l'opinion publique internationale. En agissant ainsi, l'Union Soviétique entendait venger son prestige de grande puissance que l'écrasante défaite militaire de ses alliés arabes face à Israël, avait sévèrement entaché :

« Après 1967, l'URSS a commencé à inonder régulièrement le monde de propagande antisioniste ... Seuls les nazis, au cours des douze années où ils ont régné en maîtres, ont jamais réussi à produire un flux aussi soutenu de libelles conçus comme un outil de politique intérieure et étrangère [1] ».

Pour atteindre son objectif, l'URSS a eu recours à toute la panoplie des mots qui évoquaient le nazisme. Pour modifier la perception de la défaite arabe de 1967, des mots comme « pratiquants un génocide », « racistes », « camps de concentration » et « épuration ethnique » ont été répétés à satiété. Ils sont encore utilisés par la gauche occidentale chaque fois qu'il est question d'Israël.

Parallèlement, l'URSS a lancé une campagne internationale de désinformation dans le monde arabe. L'opération « SIG » (Sionistskiye Gosudarstva, ou « gouvernements sionistes »), lancée en 1972 par l'Union soviétique, a eu pour but de représenter les Etats-Unis comme un « fief juif financé par l'argent juif et dirigé par des politiciens juifs arrogants et hautains qui avaient pour but de soumettre l'ensemble du monde islamique ». Quelque 4.000 agents du Bloc soviétique ont été envoyés dans le monde islamique, armés de milliers d'exemplaires du Protocoles des Sages de Sion, ce faux fabriqué par la police tsariste. Selon Yuri Andropov, ancien patron du KGB :"

Suite: https://fr.gatestoneinstitute.org/9191/sovietiques-palestiniens

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

Je rappel à nouveau à MB, que le terme "Palestine" est un terme 100% hébreu provenant des écritures et que jusqu'en 1968, ce n'était pas les musulmans qui auraient acceptés d'être nommés "palestiniens", au contraire, ces derniers réservaient ce terme au "juifs" afin d'éclipser le mot "Israël" ou "israélien" !!

Archi-Bald, comme je viens de le dire plus haut, le terme "palestinien" était repris par les romains afin d'humilier les israéliens il y a 2'000 ans, les "palestiniens" mentionnés dans la Thora, étaient des réfugiés (palisht en araméen) qui apparurent sur les terres de Canaan, ils n'étaient pas nombreux, n'ont pas posés de problème et ont disparus de l'histoire après avoir été assimilés par les hébreux ou les cananéens !


C'est dans ce sens que les romains appelaient les israéliens "palisht", c'est à dire que les israéliens de l'époque étaient censés être assimilés et disparaître de l'histoire tout comme l'avaient été ces "palisht" 1'700 ans plus tôt !

Par la suite, l'église catholique, afin d'éviter de prononcer le terme "Israël" a sans cesse insisté sur le terme "Palestine", dans le même but que les romains, mais l'église catholique n'est elle pas la succession de la Rome antique ?

Cependant, tant durant l'occupation ottomane que pendant la très courte période arabe sous la tutelle du grand mufti al hussein, proche d'hitler et amant d'arafat, les arabes n'auraient jamais acceptés d'être qualifiés de "palestiniens", tout comme les croisés, ils réservaient ce terme pour les juifs présents en Israël !

Précision, Jérusalem était en 1850 et suite à deux recensements peuplée majoritairement par des juifs, c'est en 1920 que les arabes ont chassés dans la terreur les juifs de Jérusalem, tout comme ils ont chassés les juifs des pays arabes dans les années 50-60 !

900'000 juifs des pays arabes n'avaient pas d'autre choix que de fuir les pays arabes qui n'hésitaient pas de brandir la violence envers les communautés juives !

Écrit par : Corto | 17/12/2017

Ben... Archi-Bald, remontez le fil de la discussion jusqu'au commentaire:
Écrit par : Patoucha | 10/12/2017 - Myths of the Middle East By Joseph Farah Auquel j'ajoute:

"Sous la domination romaine, la deuxième révolte juive (132-135) aboutit à l'expulsion des Juifs de Jérusalem (Hadrien).

"À compter de la seconde diaspora, les communautés religieuses vont maintenir le rêve d'un retour en Palestine pour recréer un État juif. Il ne s'agit pas vraiment d'un projet politique, mais plutôt d'un rêve messianique et religieux. Il est symbolisé par la célèbre formule « l'an prochain à Jérusalem » prononcée chaque année lors du seder de Pessah."
--------
Mythes du Moyen-Orient de Joseph Farah (Voir ci-dessus - dont ces lignes traduites)
(...)
"...C’est vrai. Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n’est pas des mains des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu’Israël conquît la Judée, la Samarie et Jérusalem Est. Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens ? Est-ce qu’une seule résolution de l’ONU à vue le jour à ce sujet ? Non et non. Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu’Israël ait gagné cette guerre ?

La vérité est que la Palestine est un Mythe !

Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l’an 135 de l’ère actuelle par l’empereur Romain Hadrien, qui, non content d’avoir éradiqué la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1000 ans !), non content d’avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d’avoir interdit l’accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu’il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d’un nom dérivé des Philistins. Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d’ajouter l’insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en " Alea Capitolina ", mais cela ne rencontra pas le même succès.

La Palestine en tant qu’entité autonome n’a jamais existé au cours de l’Histoire."
*******************

"Les Juifs n’ont pris la terre de personne ; Par Joseph Farah

Nous savons déjà que Volney, Alexander Keith, J.S. Buckingham, Alphonse de Lamartine, Mark Twain et Arthur Stanley s'accordent tous sur le fait que la 'Palestine' était ” un désert parsemé de rares bourgades”.

Gustave Flaubert nous rapportait même que “Jérusalem est un charnier entouré de murailles. Tout y pourrit, les chiens morts dans les rues, les religions dans les églises. Il y a quantité de merdes et de ruines. Le juif polonais avec son bonnet de renard glisse en silence le long des murs délabrés, à l’ombre desquels le soldat turc engourdi roule, tout en fumant, son chapelet musulman…“

En tant que critique arabe américain le plus en vue, en ce qui concerne Yasser Arafat et les objectifs-bidon “palestiniens”, je reçois beaucoup de courrier haineux et plus que ma part de menaces de mort. La plupart de ces attaques – au moins celles qui se donnent la peine d’aller au-delà des insultes et de l'obscénité – disent seulement que je ne comprends pas ces pauvres Arabes qui ont été déplacés, chassés de leurs maisons et transformés en réfugiés par les Israéliens, ni n'ai de compassion pour eux.

LES JUIFS N'ONT PRIS LA TERRE DE PERSONNE

Par Joseph Farah - Traduction de Norbert Lipszyc

Volney, Alexander Keith, J.S. Buckingham, Alphonse de Lamartine, Mark Twain et Arthur Stanley s'accordent tous sur le fait que la 'Palestine' était un désert parsemé de rares bourgades". (Limor Livnat, ministre israélienne de l'éducation nationale, "Israël : ma part de vérité", Le Monde, 21 décembre 2001.
"Jérusalem est un charnier entouré de murailles. Tout y pourrit, les chiens morts dans les rues, les religions dans les églises. Il y a quantité de merdes et de ruines. Le juif polonais avec son bonnet de renard glisse en silence le long des murs délabrés, à l’ombre desquels le soldat turc engourdi roule, tout en fumant, son chapelet musulman…" Gustave Flaubert, CorrEn tant que critique arabe-américain le plus en vue, en ce qui concerne Yasser Arafat et les objectifs-bidon "palestiniens", je reçois beaucoup de courrier haineux et plus que ma part de menaces de mort. La plupart de ces attaques – au moins celles qui se donnent la peine d’aller au-delà des insultes et de l'obscénité – disent seulement que je ne comprends pas ces pauvres Arabes qui ont été déplacés, chassés de leurs maisons et transformés en réfugiés par les Israéliens, ni n'ai de compassion pour eux.

Permettez-moi d'affirmer clairement et simplement ceci: les Juifs en Israël n'ont pris la terre de personne.

Quand Mark Twain visita la Terre Sainte au XIXe siècle, il fut très déçu. Il ne vit pratiquement personne. Il la décrivit comme une vaste terre de désolation. Le pays que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d'Israël était pratiquement désert [1]. Au début du XXe siècle cela commença à changer. Des Juifs venus du monde entier se mirent à revenir dans leur patrie ancestrale, la Terre Promise que Moïse et Josué avaient conquise, des millénaires auparavant, ainsi que le croient Chrétiens et Juifs, sous les ordres directs de Dieu. Cela ne veut pas dire qu'il n’y ait pas toujours eu une forte présence juive sur cette terre, en particulier dans et autour de Jérusalem. En 1854, selon le compte-rendu publié dans le New York Tribune, les Juifs représentaient les deux tiers de la population de cette ville sainte. Quelle est la source de cette statistique ? Un journaliste, envoyé spécial au Moyen-Orient pour le Tribune. Il s'appelait Karl Marx, oui ce Karl Marx là.

Un guide de la Palestine et de la Syrie, publié en 1906 par Karl Baedeker, illustre ce fait : alors même que l'Empire Ottoman musulman régnait sur la région, la population musulmane de Jérusalem était minime. Ce livre estime la population totale de la ville à 60.000 habitants, dont 7.000 Musulmans, 13.000 Chrétiens et 40.000 Juifs. "Le nombre de Juifs s'est considérablement accru durant les dernières décennies, malgré l'interdiction d'immigrer ou de posséder des terres qui leur est faite", déclare ce livre. Bien que les Juifs y soient persécutés, ils venaient quand même à Jérusalem et y représentaient la vaste majorité de la population, déjà en 1906. Et bien que les Musulmans proclament aujourd'hui Jérusalem comme la troisième ville sainte de l'Islam, quand la ville était sous régime musulman, ils ne lui manifestaient que très peu d'intérêt.

Lorsque les Juifs vinrent, drainant les marécages et faisant fleurir les déserts, un phénomène intéressant se produisit. Les Arabes suivirent. Je ne les en blâme point. Ils avaient de bonnes raisons de venir. Ils y trouvaient des emplois. Ils venaient pour la prospérité. Ils venaient pour la liberté. Et ils vinrent nombreux.

Winston Churchill observa en 1939: "Ainsi, loin d'y être persécutés, les Arabes sont arrivés en masse dans ce pays, s'y sont multipliés jusqu'à ce que leur population augmente même plus que les communautés juives de par le monde n'avaient pu mobiliser de Juifs." Puis arriva 1948 et la grande partition. Les Nations Unies proposèrent la création de deux Etats dans la région, l'un juif, l'autre arabe. Les Juifs l'acceptèrent avec gratitude. Les Arabes la rejetèrent férocement et déclarèrent la guerre.

Les leaders arabes demandèrent aux Arabes de quitter la zone pour ne pas être pris dans les échanges de tirs. Ils pourraient revenir dans leurs maisons, leur dit-on, après qu'Israël soit écrasé et les Juifs détruits. Le résultat ne fut pas celui qu'ils escomptaient. Selon les estimations les plus courantes, plusieurs centaines de milliers d'Arabes furent déplacés du fait de cette guerre, mais non par une agression israélienne, non par un accaparement des propriétés foncières par les Juifs, non par un expansionnisme israélien. En réalité, il existe de nombreux documents historiques montrant que les Juifs ont instamment demandé aux Arabes de rester et de vivre avec eux en paix. Mais, tragiquement, ces derniers choisirent de partir.

54 ans plus tard, les enfants et petits-enfants de ces réfugiés vivent encore beaucoup trop souvent dans des camps de réfugiés, et ce non du fait de l’intransigeance israélienne, mais parce qu'ils ont été abusivement utilisés comme outil politique par les puissances arabes. Ces pauvres malheureux auraient pu être installés en une semaine par les riches Etats arabes pétroliers, qui contrôlent 99,9% de la totalité des territoires du Moyen-Orient, mais ils sont gardés comme de véritables prisonniers, remplis de haine envers la mauvaise cible, les Juifs, et utilisés comme armes en tant que martyrs-suicide par les détenteurs arabes du pouvoir.

Telle est la véritable histoire moderne du conflit arabo-israélien. Jamais les Juifs n'ont arraché les familles arabes de leurs foyers. Quand la terre avait un détenteur, ils en achetaient les titres de propriété largement excessifs, pour pouvoir avoir un lieu où vivre à l’abri des persécutions qu’ils avaient subies partout dans le monde.

Dire que les Israéliens ont déplacé qui que ce soit est un énorme et flagrant mensonge dans d'une longue série de mensonges et de mythes qui ont amené le monde au point où il est prêt à commettre, encore une fois, une autre grande injustice envers les Juifs.

---------------------------

[1] "La terre d'Israël (baptisée 'Palestina' par l'Empire romain et rebaptisée 'Palestine' par ses descendants anglo-saxons) était quasiment vide et désolée avant les grands mouvements migratoires de la fin du XIXe siècle, comme en témoignèrent tous les archéologues et écrivains qui la visitèrent à l'époque. Thomas Shaw, Constantin espondance (http://expositions.bnf.fr/veo/cabinet/citation.htm)

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

Il faut savoir que MB et Myriam Belakovsky sont la même personne !

Écrit par : Corto | 17/12/2017

Justement Corto! Elle va nous remettre sur le tapis le déballage de sa vie: De sa naissance à ses 81 ans. Or, nous en avions soupé de ses histoires!

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

Donald Trump tweete et voilà que les juifs de Suède sont menacés
https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/162471-171212-les-juifs-de-suede-doivent-se-preparer-a-une-vague-d-attaques-antisemites-ong

Pas d'amalgame, vous avez dit?

Les juifs se font attaquer même quand ils ne colonisent personne et ça semble normal, la routine, quoi....

Écrit par : Gunilla | 17/12/2017

Peut-on encore appeler ce pays "Suède" ?

Plusieurs villes suédoises sont sous les ordres de la charia !

Oui, Jérusalem, de son coté est exempte de domination de la charia !!

Écrit par : Corto | 17/12/2017

FLASH
Effet Trump : 20 leaders religieux ont remis cette semaine à Trump une distinction pour son soutien aux communautés religieuses et sa décision historique de reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël | [15/12/2017] Am

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

Encore modérée!?


LES JUIFS N'ONT PRIS LA TERRE DE PERSONNE

Par Joseph Farah - Traduction de Norbert Lipszyc

Volney, Alexander Keith, J.S. Buckingham, Alphonse de Lamartine, Mark Twain et Arthur Stanley s'accordent tous sur le fait que la 'Palestine' était un désert parsemé de rares bourgades". (Limor Livnat, ministre israélienne de l'éducation nationale, "Israël : ma part de vérité", Le Monde, 21 décembre 2001.
"Jérusalem est un charnier entouré de murailles. Tout y pourrit, les chiens morts dans les rues, les religions dans les églises. Il y a quantité de merdes et de ruines. Le juif polonais avec son bonnet de renard glisse en silence le long des murs délabrés, à l’ombre desquels le soldat turc engourdi roule, tout en fumant, son chapelet musulman…" Gustave Flaubert, CorrEn tant que critique arabe-américain le plus en vue, en ce qui concerne Yasser Arafat et les objectifs-bidon "palestiniens", je reçois beaucoup de courrier haineux et plus que ma part de menaces de mort. La plupart de ces attaques – au moins celles qui se donnent la peine d’aller au-delà des insultes et de l'obscénité – disent seulement que je ne comprends pas ces pauvres Arabes qui ont été déplacés, chassés de leurs maisons et transformés en réfugiés par les Israéliens, ni n'ai de compassion pour eux.

Permettez-moi d'affirmer clairement et simplement ceci: les Juifs en Israël n'ont pris la terre de personne.

Quand Mark Twain visita la Terre Sainte au XIXe siècle, il fut très déçu. Il ne vit pratiquement personne. Il la décrivit comme une vaste terre de désolation. Le pays que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d'Israël était pratiquement désert [1]. Au début du XXe siècle cela commença à changer. Des Juifs venus du monde entier se mirent à revenir dans leur patrie ancestrale, la Terre Promise que Moïse et Josué avaient conquise, des millénaires auparavant, ainsi que le croient Chrétiens et Juifs, sous les ordres directs de Dieu. Cela ne veut pas dire qu'il n’y ait pas toujours eu une forte présence juive sur cette terre, en particulier dans et autour de Jérusalem. En 1854, selon le compte-rendu publié dans le New York Tribune, les Juifs représentaient les deux tiers de la population de cette ville sainte. Quelle est la source de cette statistique ? Un journaliste, envoyé spécial au Moyen-Orient pour le Tribune. Il s'appelait Karl Marx, oui ce Karl Marx là.

Un guide de la Palestine et de la Syrie, publié en 1906 par Karl Baedeker, illustre ce fait : alors même que l'Empire Ottoman musulman régnait sur la région, la population musulmane de Jérusalem était minime. Ce livre estime la population totale de la ville à 60.000 habitants, dont 7.000 Musulmans, 13.000 Chrétiens et 40.000 Juifs. "Le nombre de Juifs s'est considérablement accru durant les dernières décennies, malgré l'interdiction d'immigrer ou de posséder des terres qui leur est faite", déclare ce livre. Bien que les Juifs y soient persécutés, ils venaient quand même à Jérusalem et y représentaient la vaste majorité de la population, déjà en 1906. Et bien que les Musulmans proclament aujourd'hui Jérusalem comme la troisième ville sainte de l'Islam, quand la ville était sous régime musulman, ils ne lui manifestaient que très peu d'intérêt.

Lorsque les Juifs vinrent, drainant les marécages et faisant fleurir les déserts, un phénomène intéressant se produisit. Les Arabes suivirent. Je ne les en blâme point. Ils avaient de bonnes raisons de venir. Ils y trouvaient des emplois. Ils venaient pour la prospérité. Ils venaient pour la liberté. Et ils vinrent nombreux.

Winston Churchill observa en 1939: "Ainsi, loin d'y être persécutés, les Arabes sont arrivés en masse dans ce pays, s'y sont multipliés jusqu'à ce que leur population augmente même plus que les communautés juives de par le monde n'avaient pu mobiliser de Juifs." Puis arriva 1948 et la grande partition. Les Nations Unies proposèrent la création de deux Etats dans la région, l'un juif, l'autre arabe. Les Juifs l'acceptèrent avec gratitude. Les Arabes la rejetèrent férocement et déclarèrent la guerre.

Les leaders arabes demandèrent aux Arabes de quitter la zone pour ne pas être pris dans les échanges de tirs. Ils pourraient revenir dans leurs maisons, leur dit-on, après qu'Israël soit écrasé et les Juifs détruits. Le résultat ne fut pas celui qu'ils escomptaient. Selon les estimations les plus courantes, plusieurs centaines de milliers d'Arabes furent déplacés du fait de cette guerre, mais non par une agression israélienne, non par un accaparement des propriétés foncières par les Juifs, non par un expansionnisme israélien. En réalité, il existe de nombreux documents historiques montrant que les Juifs ont instamment demandé aux Arabes de rester et de vivre avec eux en paix. Mais, tragiquement, ces derniers choisirent de partir.

54 ans plus tard, les enfants et petits-enfants de ces réfugiés vivent encore beaucoup trop souvent dans des camps de réfugiés, et ce non du fait de l’intransigeance israélienne, mais parce qu'ils ont été abusivement utilisés comme outil politique par les puissances arabes. Ces pauvres malheureux auraient pu être installés en une semaine par les riches Etats arabes pétroliers, qui contrôlent 99,9% de la totalité des territoires du Moyen-Orient, mais ils sont gardés comme de véritables prisonniers, remplis de haine envers la mauvaise cible, les Juifs, et utilisés comme armes en tant que martyrs-suicide par les détenteurs arabes du pouvoir.

Telle est la véritable histoire moderne du conflit arabo-israélien. Jamais les Juifs n'ont arraché les familles arabes de leurs foyers. Quand la terre avait un détenteur, ils en achetaient les titres de propriété largement excessifs, pour pouvoir avoir un lieu où vivre à l’abri des persécutions qu’ils avaient subies partout dans le monde.

Dire que les Israéliens ont déplacé qui que ce soit est un énorme et flagrant mensonge dans d'une longue série de mensonges et de mythes qui ont amené le monde au point où il est prêt à commettre, encore une fois, une autre grande injustice envers les Juifs.

---------------------------

[1] "La terre d'Israël (baptisée 'Palestina' par l'Empire romain et rebaptisée 'Palestine' par ses descendants anglo-saxons) était quasiment vide et désolée avant les grands mouvements migratoires de la fin du XIXe siècle, comme en témoignèrent tous les archéologues et écrivains qui la visitèrent à l'époque. Thomas Shaw, Constantin espondance (http://expositions.bnf.fr/veo/cabinet/citation.htm)

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

L'article sur Ziegler passé à la trappe :(

http://www.danilette.com/article-qui-est-jean-ziegler-un-rapport-de-un-watch-104960394.html

Écrit par : Patoucha | 17/12/2017

C'est marrant comme jeannot les Cicéron des banques genevoises fait référence à Elie Wiesel Z.L. depuis qu'il a disparu, par contre, Elie Wiezel n'a jamais fait allusion à Jeannot !

Écrit par : Corto | 17/12/2017

Corto,

Le livre par moi déjà mentionné à plusieurs reprises FREUD A JERUSALEM traite de l'introduction de la psychanalyse en PALESTINE et les Juifs de l'entre-deux guerre de retour, toujours citant ce livre, ont "besoin de la PALESTINE pour se reconstituer".
L'auteur de cet essai historique précieux est le Dr Eran Rolnik, né à Tel-Aviv.

Corto, la Palestine se nommerait-elle Anémone que les problèmes cuisants présents ne trouveront pas solution sans bonne volonté et désir de réconciliation EMPATHIE sans uniques "calculs d'intérêts de milliardaire aux manettes"!

Écrit par : MB | 17/12/2017

"Freud a Jerusalem" ou "Fraude a Jérusalem"? Pauvres Palestiniens, il ne leur manquait plus que la psychanalyse pour que leur bonheur soit complet.

Écrit par : Abdul Mützenbaum | 17/12/2017

Cela faisait plusieurs mois que l'aviation israélienne détruisait des stocks d'armes à destination du hizbollah, mais depuis 2 mois, ce ne sont pas moins de 50 sites de productions d'armes, principalement des usines de montage de missiles, qui sont fracassées par des avions invisibles par les radars installés par les russes.

La situation est tellement humiliante pour la Russie que Poutine a décidé de rapatrier ses avions back-home !

Je ne pense pas que c'est un hasard si ce nettoyage a été synchronisé avec l'affaire de l'ambassade américaine, tous les médias désireux d'allumer le feu entre arabes et israéliens occultent totalement les raids israéliens sur les bases iraniennes récemment introduites en Syrie par les iraniens. De plus, la police syrienne a découvert dans une voiture retrouvée dans le bas-coté d'une route syrienne, il y a 3 jours, le corps criblé de 3 balles du représentant le plus gradé et haut placé de la représentation iranienne en Syrie !

Lorsqu'en octobre dernier, la défense aérienne syrienne avait tiré un missile sur un avion israélien, 3 batterie S-200 ont été caramélisées dans les secondes qui suivaient et le missile s'est avéré dévié électroniquement et comme par hasard, le dit missile a atteint une cible militaire syrienne !

L'Iran pensait obtenir le reste des versements promis par Obama suite aux accords sur le nucléaire iranien, dans l'intervalle, les mollahs ont commandés pour plus de 100 milliards de dollars d'armements à la Russie, dès novembre 2016, alors que Hilary Clinton était censé sortir vainqueur et que la présidence tourna en faveur de Donald Trump, les russes qui avaient déclinés une grande partie des commandes iraniennes en raison de pénurie de stocks, se sont précipités pour signer les contrats avec les mollahs, entre temps Donald Trump a bloqué les versements à l'Iran, seuls 45 milliards ont été versés sur les 150 promis par Obama !

C'est pour cette raison, également, que Donald Trump a choisi de déménager son ambassade à Jérusalem et qu'Israël a convaincu Poutine de se retirer de Syrie.

Nous verrons si les mollahs iront puiser dans leurs réserves, à mon avis, ils n'ont guère d'autre choix, mais ça ne va pas se faire très facilement, tant qu'il s'agissait de piller le pays, les mollahs étaient tous frères, maintenant qu'il faut aller chercher dans les réserves personnelles, ça va prendre un peu plus de temps et occasionner quelques disputes !

L'Europe, une fois de plus, a un (voir plusieurs) coup(s) de retard, quelque-chose me dit qu'ils vont s'allier à l'Egypte qui pour la forme est intervenu auprès de l'ONU pour tenter d'empêcher le déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem, comme les US n'allaient déposer leur veto !

De plus, quelques pays européens pencheraient également pour Jérusalem, sans aucun doute à cause du climat et des promoteurs israéliens ont laissés entendre que l'Arabie Saoudite chercherait à acheter du terrain à quelques centaines de mètres de la Knesset, chaque que la chèvre s'apprête à mordre dans le choux, le loup se lèche les babines !

Écrit par : Corto | 17/12/2017

@MB,

Vous avez raison, et si nous appelions l'ex-Cisjordanie, Anémone ?

Écrit par : Corto | 17/12/2017

MB

D'abord, ce n'est parce que c'est écrit que c'est vrai...

Ensuite, si pour la guerre, il suffit de le vouloir seul (Hitler, Sadam Hussein, le Japon, ... ); pour la paix, il faut être deux à la vouloir.

Pouvez-vous me citer des dirigeants arabes des alentours d'Israël qui ont exprimé un rêve de paix ? Sadate ? Oui et la paix a été signée. Hussein de Jordanie ? oui et la paix a été signée. Un autre ? je n'en connais pas. Souhaitez-vous que je rassemble leurs déclaration de volonté de guerre et d'extermination ?

Écrit par : archi-bald | 18/12/2017

archi-bald,

Je vous répondrai simplement que les préjugés comme LES partis pris ne nous permettent en rien d'avancer dans la recherche de la vérité.

Il y a, qu'il s'agisse des livres de Jean Ziegler CHEMINS D'ESPERANCE comme concernant celui d'Eran Rolnik énormément à apprendre, à découvrir SANS JUGER tant que l'on ne vit pas sur place... en tout premier lieu.

Pourriez-vous, archi-bald, sans rien rechercher par l'un de vos moteurs de recherche préférés nous résumer clairement le livre du Dr Eran Rolnik, né à Tel-Aviv FREUD A JERUSALEM!?

Écrit par : MB | 18/12/2017

MB, basez-vos références sur des personnages moins liés à la corruption et aux génocides pour asseoir vos allégations, ça ira mieux !!



A part ça, ça commence à monter à la surface :

https://www.politico.com/interactives/2017/obama-hezbollah-drug-trafficking-investigation/


Là aussi, peut être que Jeannot a mis en relation des banques et les réseaux mafieux du hizbollah ??

Écrit par : Corto | 18/12/2017

MB

Un préjugé, un parti pris ou un a priori est une position fondée sur des données antérieures ou extérieures à l'expérience. Or, je vous parle de fait avérés et de déclarations écrites ou orales largement disponibles et parfaitement cohérentes entre elles.

Pourriez-vous me dire sans me renvoyer à vos écrits de référence où se trouve le préjugé ou le parti pris dans mon positionnement ?

Écrit par : archi-bald | 20/12/2017

Les commentaires sont fermés.